Haro sur les goélands à Place La Salle

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 21 avril 2017
Temps de lecture :

L’été dernier, sur Place La Salle, le Manoir du café avait démantelé sa magnifique terrasse en raison des nuisances causées par les goélands. Le commerce n’avait conservé que quelques tables et chaises. Photo archives Le Manic

Baie-Comeau – Baie-Comeau ajoute du mordant à son règlement concernant les animaux afin de freiner les nuisances dues aux goélands après un été 2016 problématique sur Place La Salle.
On se souviendra que la présence des volatiles et de leurs fientes a donné des maux de tête à des commerçants et à leurs clients l’an dernier, en plus de salir et d’enlaidir le centre-ville. De grosses taches d’un blanc-gris douteux sont alors apparues sur le mobilier urbain, sur les trottoirs et parfois sur les véhicules garés dans le secteur
Donc, la Ville de Baie-Comeau a décidé de prendre le taureau par les cornes pour encourager les propriétaires et les locataires d’édifices commerciaux, institutionnels ou industriels à se responsabiliser. Elle modifie son règlement lié aux animaux de façon à élargir la définition des nuisances.
Œufs et nids interdits
Il est désormais interdit de tolérer la présence de nids et d’œufs d’oiseaux sur un bâtiment. « Le propriétaire ou le locataire doit prendre tous les moyens nécessaires afin de contrôler la présence des nids ou des œufs et voir à leur élimination », peut-on lire dorénavant dans le règlement en question. Les contrevenants s’exposent à des amendes.
Mais avant de faire quoi que ce soit pour le contrôle des goélands, les gens devront avoir obtenu un permis délivré par le Service canadien de la faune (Environnement Canada). La démarche à suivre pour s’en prévaloir a été fournie aux commerçants de Place La Salle.
« Il faut que les gens se responsabilisent. Si on embarque dans un processus pour éloigner les goélands, il faut que tout le monde embarque. Ce n’est pas à la Ville de Baie-Comeau de se promener sur les toits des résidences privées et d’aller dire aux gens ce qu’ils doivent faire. La compagnie (Produits forestiers Résolu) fait déjà des gestes et en pose constamment », affirme le maire Claude Martel.
Certains propriétaires nettoient leur toiture régulièrement pour éloigner les goélands, mais quand les voisins ne le font pas, leurs propres efforts demeurent vains, renchérit le directeur général de la municipalité, François Corriveau.

Plus de détails dans l’édition papier.

Partager cet article