L’avenir de trois petites écoles est en péril

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 04 juillet 2018
Temps de lecture :

Baie-Comeau – L’avenir des trois petites écoles du secteur des Panoramas est à nouveau en péril. Les commissaires de la Commission scolaire de l’Estuaire viennent de confirmer dans une résolution leur intention de les fermer pour l’année scolaire 2019-2020.

Dans les faits, cette résolution marque la première étape d’un long processus découlant de la Politique de maintien ou de fermeture d’école de la commission scolaire, qui s’enclenche dès que le seuil de 15 élèves n’est pas atteint.

Les écoles Père-Duclos à Franquelin, Mgr-Labrie à Godbout et Saint-Joseph à Baie-Trinité se retrouvent dans le collimateur. Malgré un nombre d’élèves limité, cette dernière n’a cependant jamais fait les frais d’un processus pouvant mener à une fermeture. Elle s’en est toujours sauvée de justesse, ce qui n’est pas le cas pour les deux autres établissements. Comme le souligne Patricia Lavoie, agente d’information à la commission scolaire, l’année 2017-2018 marquait la fin des derniers sursis leur ayant été accordés.

Selon les projections de clientèle pour la rentrée scolaire 2018, 11 élèves sont attendus à l’école Père-Duclos, 5 à l’école Mgr-Labrie et 14 à l’école Saint-Joseph. C’est trop peu pour confirmer le maintien des petites écoles, d’où l’amorce des discussions.

Pire recul à Godbout

Le pire recul de clientèle, c’est à Godbout qu’il se manifeste. Selon un tableau élaboré par la commission scolaire, l’école Mgr-Labrie perd des élèves chaque année depuis 2013. Il est passé de 12 à 7 à la rentrée de 2017 et il devrait passer à 5 pour le retour en classe dans deux mois. Le niveau le plus élevé d’élèves observé au cours des 10 dernières années est de 15, en 2010.

À l’école de Baie-Trinité, la situation est fragile depuis longtemps, mais tout de même acceptable. Cependant, cette fois-ci, elle n’échappe pas à l’enclenchement du processus de fermeture. En 2013, elle comptait 21 élèves, puis un de plus l’année suivante. Depuis 2015, la clientèle est passée de 20 à 13. En 10 ans, le sommet a été atteint en 2009 avec 24 jeunes.

Petite amélioration à Franquelin

Là où la situation s’est améliorée un peu ces dernières années, c’est à Franquelin. Selon les projections de la commission scolaire, il y aura 11 élèves pour la prochaine rentrée. C’est un de moins qu’à celle de 2017, mais c’est tout de même plus que les 6 de 2015. De 2011 à 2014, il y avait eu une stabilité à 8 élèves.

L’avènement d’un service de garde en milieu scolaire au fil des ans, réclamé par les parents afin de favoriser l’inscription des enfants à l’école Père-Duclos plutôt que dans une école de Baie-Comeau, a bien fonctionné pendant les premières années, mais en a arraché en 2017-2018. Il n’a pas été rentable en raison du peu d’enfants qui le fréquentaient.

« Ils (les parents) ont été avisés qu’au 30 septembre 2018, s’il n’y avait pas six enfants, le service de garde serait annulé », précise Mme Lavoie, tout en rappelant que c’est le nombre d’enfants minimum pour assurer son autofinancement.

Des défis pédagogiques

Maintenir ouvertes de petites écoles représente des défis pédagogiques en termes de gestion des apprentissages. Les difficultés liées à l’organisation des services complémentaires sont également énormes, selon la commission scolaire.

Les projections de clientèles dans les cinq prochaines années, les coûts actuels d’opération et l’estimation des coûts de réfections majeurs prévues ont incité le conseil des commissaires à relancer le processus en vue de la fermeture des écoles de l’est de Baie-Comeau.

Un calendrier d’assemblées publiques de consultation a été élaboré. Les rencontres auront lieu le 26 février 2019 à l’école Père-Duclos, le 26 mars à l’école Mgr-Labrie et le 24 avril à l’école Saint-Joseph.

Partager cet article