Le barrage Daniel-Johnson atteint son demi-siècle

Par Charlotte Paquet 6:00 AM - 01 octobre 2019
Temps de lecture :

Le pdg d »Hydro-Québec Éric Martel, Daniel Johnson fils, l »ex-travailleur Jean-Noël Laprise, Pierre-Marc Johnson, le ministre Jonatan Julien et le préfet Marcel Furlong. Photo Facebook Mario Leblanc

Il y a 50 ans, Hydro-Québec inaugurait un ouvrage qui allait devenir symbole de modernité au Québec, le barrage Daniel-Johnson à Manic-5. Pareil anniversaire n’allait évidemment pas être passé sous silence et c’est pourquoi, lundi, une célébration faste a été orchestrée.

Plusieurs dignitaires ont assisté à l’événement, dont le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et responsable de la Côte-Nord, Jonatan Julien, et le président-directeur général (PDG) de la société d’État, Éric Martel. Des membres de la famille Johnson étaient également présents.

Comme l’a mentionné le ministre Julien dans un communiqué, « la construction du barrage Daniel-Johnson est l’une des plus grandes prouesses industrielles du Québec ». Grâce à lui, a-t-il ajouté, Hydro-Québec est aujourd’hui reconnue comme un chef de file mondial en production et en distribution d’hydroélectricité.

Le génie québécois

Avec la construction du barrage Daniel-Johnson, le plus haut barrage à voûtes multiples et à contreforts au monde, et les exploits techniques qu’elle aura nécessités, c’est l’émergence du génie québécois qui s’est exprimée sur la scène internationale, n’a pas manqué de rappeler, pour sa part, le PDG d’Hydro-Québec.

« Nous pouvons être fiers que, 50 ans plus tard, le barrage et les centrales de l’aménagement Manic-5 contribuent à alimenter le Québec et le nord-est de l’Amérique du Nord en énergie propre », a ajouté M. Martel.

Il est à noter que la cérémonie du 50e anniversaire a également donné lieu au dévoilement d’un monument sur lequel MM. Julien et Martel, ainsi que Daniel Johnson fils, Marcel Furlong, préfet de la MRC de Manicouagan, ainsi qu’un employé et un retraité d’Hydro-Québec ont laissé l’empreinte de leurs mains dans un bloc de béton.

Un drame
On se souviendra le barrage porte le nom de Daniel Johnson en l’honneur de cet homme politique qui, à titre de ministre des Ressources hydrauliques, avait donné le coup d’envoi des travaux de construction en 1959.

Or, 9 ans plus tard, plus précisément le 26 septembre 1968, il devait procéder à son inauguration au titre de premier ministre, mais sa mort soudaine à Manic-5 la nuit précédente avait entraîné le report de la cérémonie d’un an.

Partager cet article