Troisième partielle en huit mois à Baie-Trinité

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Troisième partielle en huit mois à Baie-Trinité
La démission de Serge Lestage du conseil municipal de Baie-Trinité est effective depuis novembre 2019.

Baie-Trinité se prépare pour la tenue d’une troisième élection partielle en huit mois. Elle est rendue nécessaire par la démission du conseiller et maire suppléant Serge Lestage, effective depuis novembre 2019.

Le scrutin pour pourvoir le poste de conseiller au siège numéro 4 aura lieu le dimanche 23 février. Une semaine plus tôt, c’est le vote par anticipation qui se tiendra.

La période de mise en candidatures est ouverte depuis le vendredi 10 janvier. Les personnes intéressées ont jusqu’au 24 janvier à 16 h pour poser leur candidature.

Serge Lestage, qui s’était fait élire à un poste de conseiller pour un premier mandat à l’élection générale de novembre 2017, a quitté ses fonctions, mais non sans avoir travaillé très fort pour permettre à Baie-Trinité de sortir la tête de l’eau en ce qui concerne sa gestion administrative. Le maire Étienne Baillargeon, en poste depuis juin dernier, insiste là-dessus.

On se souviendra que M. Lestage, à titre de maire suppléant, a eu à composer avec la mise sous tutelle de la municipalité par la Commission municipale du Québec après la démission de l’ex-maire Marc Tremblay.

De février 2018 à juin 2019, l’élu a été impliqué de près dans les décisions et les démarches qui ont permis à Baie-Trinité de passer d’un déficit de 295 000 $, selon les états financiers de l’année 2016 déposés sous son règne, à un surplus de 136 040 $ pour ceux de 2018 déposés en juin dernier.

Appelés aux urnes

Depuis l’élection générale de novembre 2017, les électeurs de Baie-Trinité seront donc appelés aux urnes pour une troisième fois.

En juin dernier, une élection à la mairie s’est tenue afin de trouver un successeur à l’ancien maire Marc Tremblay. Étienne Baillargeon, un nouveau venu en politique municipale, et Magella St-Louis, un conseiller sortant, croisaient le fer et le premier l’a emporté.

Comme un siège était devenu libre au conseil municipal, un deuxième scrutin a eu lieu au cours de l’automne, permettant à Diane Lebrasseur de faire son entrée au conseil municipal.

Fait à noter, chaque élection partielle entraîne des coûts de quelque 5 000 $.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des