Le pompier forestier Peter Langlais revient comblé par l’Australie

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Le pompier forestier Peter Langlais revient comblé par l’Australie
Peter Langlais a adoré son expérience de combat des feux de forêt en Australie. Photos courtoisie

Les 20 premiers pompiers forestiers dépêchés en Australie par la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU), à la mi-janvier, sont de retour au Québec depuis quelques jours. Parmi eux, Peter Langlais, rattaché à la base de Baie-Comeau, revient avec le sentiment d’avoir réellement fait une différence.

« On était les bienvenus et on a su qu’on a fait une différence », a témoigné l’homme de 31 ans, qui, en compagnie de Christian Bégin de Sept-Îles et Gabriel Thibault de Havre-Saint-Pierre, a fait partie des premiers sapeurs québécois à prêter main-forte pour le combat des immenses feux de forêt qui ravagent l’Australie depuis quelques mois déjà.

Lorsque les sapeurs sont arrivés dans l’État de Victoria où ils étaient affectés, plusieurs feux étaient toujours hors contrôle. « Quand on est partis, tous les feux étaient contenus », raconte Peter Langlais, en rappelant que c’est le travail de tous, et non seulement des Québécois, qui l’a permis.

La façon de combattre les incendies de forêt est très différente là-bas par rapport à ce qui se fait au Québec, où la présence de nombreux plans d’eau change la donne. « C’est beaucoup de travail avec des outils manuels et de l’abattage », explique le pompier forestier en parlant d’équipements s’apparentant à un râteau et à une pioche.

De précieux souvenirs

Visiblement comblé par l’expérience qu’il vient de vivre, Peter Langlais affirme revenir au Québec avec plusieurs beaux souvenirs. « Je ramène les paysages, les comportements du feu et l’accueil des Australiens. On s’est senti les bienvenus », dit-il, en soulignant le caractère gratifiant de cet accueil.

Le côté impressionnant de la faune l’a aussi marqué. « En une seule scène, j’ai vu une trentaine de kangourous », mentionne-t-il d’un ton heureux.

Questionné sur ses motivations à accepter d’aller combattre les feux à l’autre bout du monde, le sapeur a répondu : « C’était la moindre des choses. Je n’ai pas eu à réfléchir. Ils avaient besoin d’aide et c’était normal de les aider. »

Peter Langlais rappelle qu’en 2017, ce sont des pompiers de l’Australie qui étaient venus en renfort pour le combat de feux de forêt en Colombie-Britannique. Il avait alors été appelé à travailler à leurs côtés.

Pour en revenir à son périple d’une trentaine de jours en Australie, le sapeur affirme l’avoir entrepris sans aucune attente. « C’était quand même une première historique d’envoyer des Québécois au front. J’ai fait partie des 20 premiers chanceux. »

Un congé

Fait à noter, pendant la saison morte des feux de forêt sur la Côte-Nord, Peter Langlais travaille pour une entreprise d’escalade à Québec. Il a obtenu un congé de son employeur pour vivre l’expérience australienne.

À l’emploi de la base de Baie-Comeau depuis 10 ans, le pompier forestier devrait être de retour en poste à la mi-avril. Sa saison s’étend normalement jusqu’aux alentours de la fin septembre.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des