COVID-19 : des patrouilleurs s’assurent du respect des consignes à Baie-Comeau

Par Charlotte Paquet 3:01 PM - 03 avril 2020
Temps de lecture :

Vendredi matin, le pompier Simon Leblanc a fait de la patrouille chez Provigo et ailleurs aux Galeries Baie-Comeau afin de sensibiliser les gens à l’importance de respecter les consignes sanitaires.

L’escouade dédiée au respect des consignes sanitaires mise en place jeudi par la Ville de Baie-Comeau ne chôme pas. Elle multiplie les interventions de sensibilisation des clients et commerçants afin d’éviter la propagation du coronavirus et s’il le faut, elle utilisera la répression pour s’assurer que le message est compris.

Tous les citoyens qui sortent momentanément de leur confinement pour effectuer des courses essentielles sont sujets à se faire interpeller sur l’importance de respecter les mesures, notamment la distanciation physique de deux mètres. Les commerces, les parcs et tout autre endroit susceptible de favoriser les attroupements, désormais interdits, sont ciblés par l’escouade, placée sous la responsabilité du service de la Sécurité publique.

Jeudi, deux équipes de deux personnes, dont des pompiers, se sont partagé les patrouilles dans chacun des deux grands secteurs de la municipalité. Vendredi, chaque patrouilleur est plutôt intervenu sur une base individuelle afin de couvrir davantage d’endroits publics.

« Jeudi, on a commencé par les commerces à grande surface. On a commencé par Walmart. C’est impeccable ce qu’ils ont fait. Ils ont adapté leurs installations à ce que le gouvernement a demandé, mais nous ce qu’on regarde, c’est le comportement des gens. Il faut que les gens adaptent leur comportement », a expliqué le pompier Simon Leblanc.

Parmi les endroits visités, il y a notamment eu le boisé de la Pointe Saint-Gilles et le sentier des Embruns.

Une personne par famille

Selon M. Leblanc, après deux journées de sensibilisation, force est de constater que plusieurs interventions concernent le nombre de personnes par famille affecté aux courses. « Il faut absolument que ce soit une personne par famille, pas deux qui font les commissions. Ce matin, chez IGA, j’ai dû faire quelques interventions », a mentionné M. Leblanc.

En effet, des gens se présentaient au marché d’alimentation à deux ou même à trois par famille. Quand il s’agit de jeunes enfants, les patrouilleurs peuvent comprendre.

Certains clients se choquent aussi de se faire remettre à l’ordre. D’autres perdent un peu patience en raison du service moins rapide dans les épiceries ou autres commerces dû aux mesures de protection en place. « On va voir les files d’attente s’accumuler. On le voit aujourd’hui (vendredi) chez Provigo, mais ça prend de la patience pour tout le monde, employés et citoyens. »

Serrer la vis

Il n’est pas exclu que le service de la Sécurité publique serre la vis advenant que ses patrouilleurs fassent face à des récalcitrants. Simon Leblanc laisse entendre que la Ville de Baie-Comeau pourrait adopter un règlement municipal permettant d’intervenir plus sévèrement.

« Mais il faut vraiment comprendre que c’est de la sensibilisation et on va forcer beaucoup là-dessus. Si ça ne change pas, on va adopter d’autres mesures, c’est sûr », prévient le pompier. Oui, la Sûreté du Québec pourrait être appelée à sévir avec des constats d’infraction, mais la Sécurité publique peut également imposer des amendes, selon M. Leblanc.

Les patrouilles se poursuivront les fins de semaine. « On va se promener comme ça le temps qu’il va falloir pour être certain que les comportements ont changé », a assuré Simon Leblanc.

Aux gens qui veulent prendre l’air, le directeur de la Sécurité publique, Alain Miville, a d’ailleurs précisé les consignes à respecter  après avoir été questionné à ce sujet. Une sortie de marche ou de course en solo, c’est oui. Même chose avec une personne de sa famille ou avec une amie à deux mètres de distance au moins. Mais les regroupements de coureurs et de marcheurs, c’est non.

Un rappel

Faut-il rappeler qu’avec sa décision d’implanter des patrouilles dans les lieux publics, la Ville de Baie-Comeau a voulu franchir un pas de plus pour limiter la propagation du coronavirus sur son territoire.

« Il y a des attroupements dans certaines places. Il y a vraiment du monde qui se garroche encore dans les lieux publics et on s’est demandé ce qu’on pouvait mettre en place », a expliqué le maire Yves Montigny, en ajoutant qu’il n’y aura jamais assez de sensibilisation en cette période de pandémie de COVID-19.

« Il y a encore du monde qui va à l’épicerie pour 14 ou 15 $. On va les sensibiliser à faire une épicerie à plus long terme », a indiqué le maire, rappelant que chaque visite dans un commerce présente un risque d’être contaminé au coronavirus.

Fait à noter, la Ville de Baie-Comeau vient aussi d’implanter un système d’appels automatisés en lien avec la pandémie de COVID-19 pour les gens ayant leur numéro de téléphone publié dans l’annuaire ou inscrits aux services municipaux en ligne.

Partager cet article