Croisières aux baleines: la saison n’est pas complètement à l’eau

Photo de Shirley Kennedy
Par Shirley Kennedy
Croisières aux baleines: la saison n’est pas complètement à l’eau
(Photo : Courtoisie)

Le feu n’est pas totalement au vert à partir du 1er juillet pour l’industrie des croisières aux baleines, mais une lueur d’espoir apparaît pour les nombreux croisiéristes.

En effet, le ministre des Transports Marc Garneau annonçait, le 29 mai, de nouvelles mesures concernant les navires de croisières et les navires à passagers circulant dans les eaux canadiennes.

Ainsi, à partir du 1er juillet, le fédéral s’en remet aux exigences de chaque territoire, en statuant que tous les exploitants de navires à passagers devront respecter les exigences des autorités sanitaires provinciales, territoriales, locales et régionales en ce qui concerne les échéanciers et les processus pour reprendre leurs activités.

Il en est autrement pour les navires de croisières offrant de l’hébergement et autorisés à transporter plus de 100 personnes, dont la circulation est interdite dans les eaux canadiennes jusqu’au 31 octobre.

Une annonce qui permet aux croisiéristes d’espérer que la saison 2020 n’est pas complètement à l’eau. Le président-directeur général de Croisières AML, Yan Hamel, se réjouit des précisions du ministre Garneau.

« L’annonce de Transports Canada donne de l’espoir à des centaines d’employés d’un retour au travail prochain et permettra aux Québécois de planifier, lorsque la réouverture sera confirmée par les instances provinciales, leur prochaine escapade fluviale sur notre majestueux St-Laurent », explique-t-il par voie de communiqué.

Le dirigeant de l’une des plus importantes compagnies de croisières au Canada, qui emploie 750 personnes, rapporte qu’une fiche sanitaire sectorielle pour les croisières et le transport maritime de passagers sans nuitée a été soumise aux autorités de la santé publique du Québec.

« Toutes les entreprises du secteur, plus de 45 au Québec, sont en attente des directives et de la décision gouvernementale de réouverture de leur secteur », précise M. Hamel.

Transportant en moyenne 600 000 passagers par an à bord de ses 25 navires qui sillonnent le Saint-Laurent de Montréal à Tadoussac, Croisières AML « est à pied d’œuvre dans la préparation et la mise en place de nouvelles pratiques sanitaires et innovantes visant la reprise de ses opérations », promet son PDG.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des