Autour de 3 000 emplois perdus sur la Côte-Nord, prévoit la FTQ

Photo de Laurence Dupin
Par Laurence Dupin
Autour de 3 000 emplois perdus sur la Côte-Nord, prévoit la FTQ
La FTQ propose des formations à ses militants et cette semaine le thème abordait l'impact de la pandémie sur l'économie.

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), en collaboration avec le Centre de formation économique du Fonds de solidarité FTQ et l’Institut de recherche en économie contemporaine (IRÉC), propose régulièrement des formations pour ses militants. Celle proposée cette semaine sur la Côte-Nord avait pour thème les effets de la pandémie sur l’économie de la région.

En raison de la pandémie, cette formation est proposée de façon virtuelle. Elle aborde les effets de la pandémie et pousse à réfléchir sur les défis qu’impose cette crise. Les participants ont ainsi dressé un premier bilan de la situation. Le directeur général de l’IRÉC, Robert Laplante, a ainsi précisé que la région allait relativement bien avant le début de la pandémie avec environ à peu 4,5% de chômeurs. « Mais la COVID-19 a cassé le mouvement de façon importante », a-t-il précisé.

« Plus de 5 000 emplois ont été rayés de la carte au moins provisoirement. Il devrait rester un déficit prévisionnel de 3 000 emplois à la fin de la crise.» Il a rappelé que l’économie de la Côte-Nord est dominée par le secteur primaire qui a été marginalement affecté par la pandémie avec un ralentissement des commandes entre autres. « Ce sont les autres secteurs, surtout celui des services qui ont été touchés. Ces pertes d’emplois se sont rajoutées aux difficultés déjà existantes dans la région.»

Une étude orchestrée par l’Institut de la PME et la Fédération des chambres de commerce place la Côte-Nord en 13e position pour les impacts de la pandémie sur 17. « La région a pu compter sur les mesures de soutien des gouvernements, mais comme dans tout le Canada se sont les secteurs et les populations les plus vulnérables qui sont impactés.»

Robert Laplante précise que le Québec est en moins mauvaise posture que le Canada en général avec des perspectives moins inquiétantes. « Sur la Côte-Nord, il y a des problèmes structurels qui vont devoir être pris en compte et devront être modifiés dans le cadre de la relance », précise-t-il. Il prend l’exemple du système de santé.

Il insiste aussi sur le fait que la Côte-Nord a de réels potentiels de développement et des opportunités à saisir qu’il faut mettre en avant dans le cadre de la relance économique.

Pour Pascal Langlois, le conseiller régional de la FTQ, il faut absolument juguler l’exode des populations dans le cadre de la reprise.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires