Un citoyen organise une corvée de nettoyage d’un immense dépotoir clandestin à Ragueneau

Par Charlotte Paquet 2:00 PM - 03 juin 2021
Temps de lecture :

Des scènes désolantes apparaissent dans un périmètre d’environ quatre kilomètres de longueur par un kilomètre de largeur sur le territoire de la municipalité de Ragueneau. Photos Facebook

Un citoyen de Chute-aux-Outardes a décidé qu’assez, c’est assez. Dégoûté par la présence d’un immense dépotoir clandestin sur le territoire de la municipalité voisine, Ragueneau, et souhaitant sensibiliser les gens au respect de l’environnement, Alexandre Tremblay Bérubé organise une corvée de nettoyage ce samedi 5 juin.

« Je veux faire un électrochoc. Je veux que le monde entende parler de l’événement le plus possible », explique-t-il au bout du fil, en espérant que plusieurs bénévoles répondront à son appel au nettoyage. Il l’a lancé notamment par l’entremise de la page Facebook En forêt, gère tes déchets et par un événement du même nom créé sur le même réseau social.

Le secteur transformé en poubelle à ciel ouvert couvre, dit-il, un imposant périmètre d’environ quatre kilomètres de long par un kilomètre de largeur derrière le site de derby de démolition du Mag plein air à Ragueneau.

« Il y a plein de pistes de quatre roues et les cochons vont transporter leurs déchets. Ce sont des cochons de Ragueneau et de Chute-aux-Outardes qui vont là », assure M. Tremblay Bérubé. Selon lui, ça ne ferait aucun sens que ce soit des gens de Baie-Comeau.

Que retrouve-t-on dans ce dépotoir clandestin? Ce qu’on retrouve habituellement dans ce type d’endroit, comme des meubles, des matelas et des téléviseurs ainsi que des pneus, des bardeaux d’asphalte ou des gallons d’huile ou de peinture, entre autres choses.

Il y a aussi des carcasses d’orignaux. Le citoyen affirme avoir recensé jusqu’à neuf têtes sur une superficie somme toute limitée. Samedi, les bénévoles seront bien avisés de s’abstenir de toucher aux restes des cervidés, mais de bien identifier l’endroit afin de procéder au ramassage de façon sécuritaire par la suite.

Tous les deux à trois ans, un nettoyage du secteur est effectué « aux frais des contribuables », rappelle l’homme, mais les fautifs continuent d’y déposer leurs matières résiduelles. « C’est un problème récurrent. »

Le milieu embarque

C’est lors d’une simple balade en VTT avec sa fillette dans le secteur qu’Alexandre Tremblay Bérubé a réalisé l’ampleur du phénomène et l’importance comme citoyen de tout faire pour renverser la vapeur. Et il n’est pas le seul à avoir embrassé cette cause.

Les maires Joseph Imbeault à Ragueneau et Yoland Émond à Chute-aux-Outardes s’impliquent dans son aventure, tout comme le Comité Zip de la rive nord de l’Estuaire.

Plusieurs entrepreneurs ont aussi accepté d’apporter leur contribution, que ce soit en fournissant des conteneurs pour y déposer les déchets, un chargeur sur roues ou encore des camions pour assurer le transport. Le citoyen souligne l’aide précieuse reçue de Marie-Claude Lévesque, de l’entreprise Transformation des métaux du Nord.

De plus, grâce à la collaboration de plusieurs commerces des deux municipalités concernées, mais aussi de Baie-Comeau, des prix de participation seront tirés parmi les bénévoles de la corvée.

L’initiateur se dit complètement ébahi par le soutien reçu du milieu. Toutes les personnes qu’il a sollicitées ont embarqué dans son projet. « Ça prouve que la simple implication d’un citoyen, ça peut avoir un impact », indique-t-il.

À ce jour, une vingtaine de bénévoles ont aussi levé la main pour le ramassage des matières samedi. D’autres pourraient se joindre au groupe. Le point de ralliement se situe au Mag plein air sur le coup de 9 h. « Les conteneurs vont être là. Ça va être le point stratégique », conclut M. Tremblay Bérubé

Galerie photo

Partager cet article