Une nouvelle solution pour lire le passeport vaccinal fabriquée et assemblée à Baie-Comeau

Par Steeve Paradis 10:49 AM - 09 décembre 2021
Temps de lecture :

Le Gally-Code, développé par SSCA, entend s’imposer comme une solution rapide, économique et efficace pour lire les passeports vaccinaux. Photo courtoisie SSCA

La firme SSCA cherche à s’imposer dans le monde naissant des bornes de validation du passeport vaccinal et pense déjà avoir une longueur d’avance avec son Gally-Code, créé en Estrie mais fabriqué et assemblé à Baie-Comeau.

« Comme on savait que le passeport vaccinal s’en venait, on a mis au point une solution pour lire ce passeport. C’est sécuritaire, beaucoup plus rapide et plus efficace que détecter le passeport avec un téléphone, avec lequel des fois ça marche et des fois ça ne marche pas », fait valoir le vice-président exécutif de l’entreprise, Éric Lefebvre.

SSCA, pour station sanitaire à contrôle d’accès, a été implanté dans quelques installations du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal et dans des résidences pour personnes âgées. L’entreprise désire maintenant dénicher un nouveau marché, celui des grands rassemblements à l’intérieur, et c’est le Drakkar de Baie-Comeau qui lui sert de banc d’essai, à la grande satisfaction des deux parties. Un test concluant peut évidemment intéresser les autres clubs de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

« Ça fonctionne super bien et ça diminue de beaucoup le temps d’attente pour les spectateurs », a indiqué la directrice administrative du Drakkar, Francine Gobeil, qui a testé un appareil lors des rencontres du 3 et du 4 décembre au centre Henry-Leonard.

« Que le passeport soit en format papier, carte plastifiée ou cellulaire, tu passes ça devant la borne et ça lit tout de suite. Ensuite, il y a une personne qui a une tablette qui donne le nom de la personne qui vient de faire lire son passeport et on peut contrôler rapidement son identité », a-t-elle ajouté.

Deux autres appareils

Le Drakkar a passé le dernier weekend avec un seul appareil, évalué à 2 000 $, et il vient d’en commander deux autres. Que le contribuable se rassure, l’équipe ne déboursera pas un sou car les bornes de lecture de SSCA sont commanditées en totalité par Lefebvre Industri-Al.

Le produit a été développé par SSCA, une entreprise de St-Denis-de-Brompton en Estrie présidée par la conjointe de M. Lefebvre, Élisabeth Nadeau. Toutefois, SSCA fait appel à deux entreprises de Baie-Comeau pour la fabrication et l’assemblage du le boîtier de la station Gally-Code, soit Usinage Côte-Nord et Plomberie et chauffage O Max.

« Avant même qu’on sache qu’on aurait une borne au Drakkar, on avait décidé de faire fabriquer et assembler le boitier ici, à Baie-Comeau », a affirmé l’homme d’affaires, qui assure que jusqu’à nouvel ordre, ces deux entreprises ont le contrat du Gally-Code.

Immense marché

Éric Lefebvre confie que si les négociations entreprises par SSCA auprès d’éventuels clients débloquent toutes, la production va exploser.

« On est en discussions avec plusieurs centres de ski et des salles de spectacles, on va aussi communiquer bientôt avec la LHJMQ pour proposer nos services. On est déjà au Centre Bell en ce qui concerne le contrôle des passeports du personnel de l’aréna, des membres des médias et des agents de sécurité et on est en discussions avec eux aussi pour l’accès au public. »

Le vice-président a signalé au passage que l’achat de la borne SSCA peut se rentabiliser très rapidement pour plusieurs clients. « On discute avec un groupe qui doit dépenser 10 000 $ par semaine pour contrôler l’accès de tous ses employés. C’est quand même une bonne dépense », a-t-il illustré en conclusion.

Partager cet article