L’Orchestre symphonique de la Côte-Nord souffle ses 10 bougies en 2022

Par Colombe Jourdain 8:00 AM - 01 février 2022
Temps de lecture :

Benoit Gauthier, chef d’orchestre et initiateur de l’Orchestre symphonique de la Côte-Nord prépare un concert anniversaire festif pour le 12 mars.

Ayant vu le jour en 2012 par un projet scolaire, l’Orchestre symphonique de la Côte-Nord s’offre un concert le 12 mars pour marquer ses 10 ans d’existence.

Le directeur artistique et chef d’orchestre Benoit Gauthier a dû faire preuve d’imagination pour réinventer le concert qui avait d’abord été prévu. Effectivement, le spectacle devait initialement se faire avec un orchestre d’une cinquantaine de musiciens et a dû être réduit à 16 musiciens pour respecter les mesures sanitaires.

« Je ne veux pas que ça paraisse moins intéressant qu’on passe de 50 musiciens à 16, ça sonne vraiment, c’est à s’y méprendre, le résultat est vraiment là », indique M. Gauthier qui a dû jongler avec tous ces changements.

D’ailleurs, le chef a dû trouver une nouvelle soliste pour ce concert. Qui de mieux que Marie-Josée Simard pour prendre la place, la percussionniste qui a grandi à Baie-Comeau jouera le deuxième mouvement de la pièce Nordicité qui a été composée spécifiquement pour le concert par Martin Caron, musicien de Baie-Comeau et ancien enseignant de musique.

« On n’a pas énormément de compositeurs, de musiciens professionnels qui vivent sur le territoire de la Côte-Nord, c’était vraiment important pour moi d’en profiter et d’avoir une représentativité nord-côtière sur le programme du concert anniversaire », souligne le directeur artistique de l’OSCN.

Dans le but de profiter de la présence de Marie-Josée Simard, Benoit Gauthier a mis au programme une œuvre que la percussionniste a jouée récemment, De résonnance et d’échos de la compositrice jazz Marianne Trudel. « C’est Marie-Josée qui m’a suggéré d’écouter cette œuvre qui sort des sentiers battus. Il est assez rare d’entendre un concerto pour vibraphone, marimba et orchestre jazz ! », soutient le chef d’orchestre.

Le concert se terminera avec Le Sacre du printemps du compositeur russe Igor Stravinski. Pièce toujours populaire auprès du public, M. Gauthier explique que « quand cette pièce a été présentée en 1913 en Russie, il y a eu une émeute parce que c’était trop révolutionnaire comme musique. C’est une pièce extrêmement difficile et demandante et ça prouve qu’avec l’OSCN, on est rendu là ».

Partager cet article