Pirsuq veut développer de l’hébergement sur un voilier

Par Charlotte Paquet 6:00 AM - 09 mars 2022
Temps de lecture :

Victor Hamel voit grand pour la relance de son entreprise de sorties en mer, Les Expéditions Pirsuq. Il souhaite notamment offrir une expérience unique dans l’est du Québec avec de l’hébergement à bord d’un voilier. Photo Sébastien St-Jean

Après quelques années en pause, l’entreprise Les Expéditions Pirsuq souhaitent retrouver non seulement son erre d’aller comme croisiériste, mais aussi diversifier son offre touristique tout en offrant une expérience unique dans tout l’est du Québec, celle de l’hébergement à bord d’un voilier. Un projet qui totalise 700 000 $

Victor Hamel a de grandes ambitions pour l’entreprise qu’il a mise au monde en 2003 avant de fermer les livres sur le volet touristique en 2016 pour se consacrer uniquement au volet commercial. Depuis 2021, il a repris ses activités comme croisiériste en rachetant une embarcation pneumatique.

Pour réussir la relance et la diversification des activités des Expéditions Pirsuq, l’homme d’affaire peut compter sur le soutien et les conseils d’experts dans divers domaines puisque son projet a été retenu dans le cadre de la deuxième cohorte de l’incubateur-accélérateur Nordique, tout comme ceux de 11 autres promoteurs touristiques au nord du 49e parallèle.

« Ça veut dire que les gens croient à notre produit. Je suis très fier d’en faire partie », a souligné M. Hamel, qui pourra être accompagné dans son développement jusqu’en septembre 2022. « Ça fait longtemps que je travaille sur des projets, mais c’est la première fois que j’ai un tel encadrement. J’ai un coach qui supervise la progression de mon projet, de mes engagements », poursuit-il.

Du jamais vu

Les Expéditions Pirsuq souhaitent développer de nouvelles activités estivales, mais comptent aussi faire leur marque en hiver.

L’acquisition d’un voilier de 40 pieds est dans les cartons de l’entreprise afin d’offrir de l’initiation à la voile et le nolisement du voilier pour partir avec un capitaine pour une journée de découvertes ou d’aventures.

« En soirée, on va faire de l’hébergement, soit à la marina (de Baie-Comeau) ou à la baie des Anglais, ou encore à la baie Saint-Pancrace », explique Victor Hamel, en soulignant le côté inédit de la formule dans l’est du Québec et peut-être même au Québec.

Le volet d’activités hivernales passera par la construction d’une station d’accueil. Ce bâtiment permettra, comme son nom l’indique, d’accueillir les gens pour des cours de survie en forêt ainsi que de l’initiation à la pêche blanche ou encore au camping d’hiver. La clientèle de motoneigistes hors piste sera également prisée.

Le choix du site n’est pas encore fait. Par contre, M. Hamel cible le secteur du lac Godbout, à une vingtaine de kilomètres au nord du village du même nom, ou encore les alentours d’Outardes 4, le long de la route 389.

D’autres étapes

Le promoteur poursuit les démarches de financement de ce projet sur lequel il travaille depuis deux ans. Il a frappé aux portes de plusieurs bailleurs de fonds, notamment le Programme d’aide à la relance de l’industrie touristique et le Fonds d’initiatives nordiques de la Société du Plan Nord. Il finalise aussi son plan d’affaires.

Victor Hamel se donne deux ans pour tout mettre en place. D’abord, pour 2022, il espère faire l’acquisition d’équipements et ériger la station d’accueil ainsi qu’un entrepôt, à Baie-Comeau celui-là. Ainsi, il pourrait offrir des activités hivernales dès l’hiver 2022-2023.

Il faudrait attendre l’été 2023 pour les activités reliées au voilier. « Il faut trouver le bon bateau, le mener à bon port et il faut que j’aie les permis », précise-t-il en terminant.

Partager cet article