Le Bloc québécois dénonce un budget « centralisateur et arrogant »

Par Charlotte Paquet 2:18 PM - 08 avril 2022
Temps de lecture :

La députée bloquiste de Manicouagan, Marilène Gill, est déçue du budget fédéral 2022-2023. Photo courtoisie

Le Bloc québécois qualifie de centralisateur et arrogant le budget présenté jeudi par la ministre fédérale des Finances, Chrystia Freeland. Un budget qui n’apporte pas de solution à des enjeux de taille, dénoncent la députée de Manicouagan, Marilène Gill, et son chef, Yves-François Blanchet.

Les bloquistes restent sur leur appétit en matière de financement des soins de santé, de climat et de coût de la vie, en plus de constater que le budget ne répond aucunement aux demandes inconditionnelles du parti.

En matière de santé d’abord, Mme Gill souligne qu’au moment où Ottawa prévient qu’aucune somme additionnelle n’ira à la santé d’ici 2027, il veut exiger des comptes. « Le Québec et les provinces demandaient des transferts sans conditions; le budget impose des conditions sans transferts. C’est à la fois un rejet total des besoins exprimés par le Québec et les provinces en santé, en plus d’une fin de non-recevoir à la saine discussion également réclamée », précise la députée, en assurant que la que la bataille contre le sous-financement fédéral des soins de santé se poursuivra. 

Puis du côté du coût de la vie, Marilène Gill déplore le manque de mesures concrètes pour atténuer les impacts de l’inflation. Elle affirme que les Québécois sont laissés à eux-mêmes, principalement ceux à qui la flambée des prix fait le plus mal, comme les aînés, les ménages à faible revenu ou les familles dépassées par la hausse du prix du panier d’épicerie, du loyer ou de l’essence.

Enfin, l’élue et ses collègues bloquistes se désolent que dans son budget, le gouvernement libéral fasse complètement fi de quatre de leurs demandes inconditionnelles, notamment en refusant d’augmenter les transferts en santé et en abandonnant les aînés, entre autres par le refus d’augmenter la pension de la vieillesse aux 65 à 74 ans.

Ils dénoncent aussi l’absence de virage en matière de finance verte et leur déception par rapport à la lutte aux changements climatiques.

Pour toutes ces raisons, le Bloc québécois votera contre le budget, confirme son chef Yves-François Blanchet.

Peu pour la main-d’oeuvre

De leur côté, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et l’Alliance des chambres de commerce de la Côte-Nord ont beau salué les investissements consentis pour accroître le nombre de logements, elles se disent déçues du manque de mesures en main-d’œuvre et de la hausse de la fiscalité pour des secteurs économiques
névralgiques.

En matière de logements, les deux organisations espèrent des résultats rapides sur le terrain, principalement dans les régions du Québec où la pénurie de logements abordables freinent le recrutement de travailleurs.

Dans un communiqué conjoint, l’Alliance se réjouit aussi que le fédéral facilite l’accès à la propriété. « Il sera primordial de travailler étroitement avec le gouvernement du Québec et les acteurs régionaux afin que nos régions puissent répondre adéquatement aux besoins en logement. Après avoir attiré les travailleurs sur la Côte-Nord, la suite logique est de leur faire pleinement prendre part à la communauté, cela passe inévitablement par une habitation. »

L’absence de mesures importantes pour s’attaquer à la rareté de la main-d’oeuvre et à la formation continue est cependant très mal accueillie par les deux partenaires, pour qui c’était la première priorité. Il y a aussi le peu d’efforts mis dans la révision de l’assurance-emploi qui les déçoit, quoiqu’ils reconnaissent comme un élément positif la prolongation du soutien temporaire offert aux travailleurs saisonniers.

Enfin, l’Alliance aurait bien aimé voir un nouvelle mesure d’aide au transport aérien régional. Selon elle, « les priorités pour les régions dites éloignées semblent complètement négligées. »

Soulignons que l’Alliance des chambres de la Côte-Nord représente cinq chambres de commerce et leur quelque 1 000 entreprises et organismes membres.

Partager cet article