Les travailleurs régionaux réclament leur place dans le nord

Par 12:00 AM - 22 mai 2013
Temps de lecture :

Baie-Comeau – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) réitère son désir de voir davantage de travailleurs de la région sur les grands chantiers en cours sur la Côte-Nord. Pour signifier leur appui, des dizaines d’entre eux se sont rassemblés pour revendiquer à Baie-Comeau, vendredi.  

Marlène Joseph-Blais et Julie-Andrée Verville

Le conseiller régional à la FTQ, Bertrand Méthot, s’est récemment entretenu avec le député de René-Lévesque et responsable de la Côte-Nord, Marjolain Dufour, ainsi qu’avec la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, pour leur faire part de préoccupations persistantes entourant l’usage de main-d’œuvre provenant de l’extérieur, ce qui se ferait au détriment des travailleurs locaux. «Je leur ai dit que c’est dramatique ce qui se passe. Il y a 1 000 travailleurs qui sont disponibles en région et on voit arriver des avions pleins de travailleurs de l’extérieur», indique-t-il.

M. Méthot estime que le problème est lié à l’obtention de contrats par des entreprises basées au sud de la province, comme elles ne sont pas dans l’obligation d’embaucher des travailleurs à l’endroit où le contrat est réalisé et qu’elles sont libres de poser leurs propres exigences. «Nos entreprises locales et régionales n’obtiennent pas de contrats. Lorsqu’elles en ont, c’est de la main-d’œuvre locale. Il faut modifier les règles du jeu parce que la situation actuelle permet une libre circulation des travailleurs de partout», affirme le conseiller régional, selon qui il devrait être obligatoire d’embaucher les travailleurs disponibles et qualifiés sur la Côte-Nord, avant d’aller en chercher ailleurs.

Le gouvernement à l’écoute

Marjolain Dufour a qualifié cette situation de «préoccupante», se disant conscient que malgré la présence de grands chantiers dans la région, bon nombre de travailleurs se retrouvent sans emploi et vivent dans des conditions financières difficiles. Il croit qu’il est nécessaire que la population locale bénéficie de l’effervescence économique et que les annonces gouvernementales faites sur la Côte-Nord au cours des derniers jours pourraient permettre aux entreprises et aux travailleurs du coin de tirer leur épingle du jeu.

M. Méthot s’est dit très heureux du constat qui a été fait par le député et il est également satisfait de l’ouverture démontrée par la ministre des Ressources naturelles. «On a eu une très belle écoute avec madame Ouellet et ce qu’elle nous dit, c’est qu’elle n’avait pas eu le même son de cloche à Québec», raconte la conseiller régional, qui espère voir apparaître certains changements prochainement.

Les travailleurs se mobilisent

Des dizaines de travailleurs de la Côte-Nord, autant ceux affiliés à la FTQ qu’à la Confédération des syndicats nationaux (CSN), se sont réunis devant les bureaux de Marjolain Dufour, vendredi, à Baie-Comeau, pour demander au député d’intervenir dans le dossier de l’utilisation de la main-d’œuvre en provenance des autres régions. Des participants ont fait valoir leurs points de vue, en affichant des pancartes éloquentes, avec des chiffres à l’appui. On y lisait qu’au chantier de la Romaine, 44 % des travailleurs proviendraient du Saguenay–Lac-St-Jean, 40 % de la Côte-Nord et 16 % d’ailleurs, tous métiers confondus. «On veut revendiquer pour avoir des emplois sur la Côte-Nord, alors qu’il y a plus de monde de l’extérieur qui travaille sur les chantiers. Ce n’est pas seulement pour nous, mais pour l’économie. [Les travailleurs de l’extérieur], ils embarquent dans l’avion et repartent», a indiqué Gino Lévesque, un opérateur de machinerie lourde dans le domaine de la construction.

Le conseiller syndical de la FTQ a souligné que le mouvement faisait écho aux déclarations de l’ex-ministre libéral Pierre Moreau, qui a accusé la ministre Ouellet d’avoir eu des rencontres avec des bandits, faisant allusion à celle de lundi, avec le représentant syndical de la FTQ-Construction, Bernard Gauthier et des travailleurs, à Sept-Îles. «On invite le ministre à redire ses propos en dehors de l’immunité de la chambre […] On donne aussi notre appui à Marjolain pour qu’il fasse valoir notre point de vue à l’Assemblée. On demande à la première ministre de modifier les règles du jeu. En 10 ans, on n’a jamais vu une situation aussi catastrophique. Ça na jamais été aussi pire, même quand on n’avait pas les grands chantiers», a conclu M. Méthot.

 

Photo : Des dizaines de travailleurs de la Côte-Nord, autant ceux affiliés à la FTQ qu’à la CSN, se sont réunis devant les bureaux du député de René-Lévesque Marjolain Dufour, vendredi, à Baie-Comeau, pour lui demander d’intervenir concernant l’usage de main d’œuvre provenant de l’extérieur. (Le Manic)

Partager cet article