Un surplus de 525 862 $ en 2012 pour la MRC de Manicouagan

Par 12:00 AM - 29 mai 2013
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Les états financiers 2012 de la municipalité régionale de comté (MRC) de Manicouagan s’avèrent positifs avec un surplus de 525 862 $, en grande partie attribuable à une augmentation des revenus de l’aéroport de Baie-Comeau.

Julie-Andrée Verville

Malgré des dépenses plus importantes que prévues, soit 4 905 960 $ au lieu des  prévisions de 4 725 786 $, la MRC a enregistré un surplus de plus d’un demi-million de dollars. Des revenus plus élevés que ce qui était planifié expliquent ces bons résultats. En effet, 706 036 $ de plus ont été enregistrés, notamment en raison d’augmentations significatives des revenus aux postes budgétaires de l’aéroport, de l’aménagement et de l’urbanisme ainsi qu’aux programmes de la Société d’habitation du Québec (SHQ). «Ça a été une très belle année, notamment à l’aéroport, avec les frais d’aérogare, de stationnement et la location de véhicules avec Enterprise, qui a offert des revenus intéressants. La flotte d’automobiles est entièrement neuve», a précisé la directrice générale de la MRC, Patricia Huet.

Entrées et sorties

L’aéroport de Baie-Comeau a pu terminer l’année 2012 avec un surplus de 401 978 $, qui s’explique principalement par l’augmentation des revenus relatifs aux frais d’atterrissage, aéroportuaires, redevances aux passagers et stationnement ainsi qu’une diminution des dépenses due à une saison hivernale plus clémente, en plus d’une masse salariale moins élevée.

Du côté de l’application des programmes de la SHQ, 174 321 $ ont été versés en subvention, quelque 35 000 $ de moins que l’année 2011. Près de 34 % de ces subventions ont été attribuées dans le cadre de Réno Village et 60 % pour les programmes d’adaptation de domicile. Les honoraires de gestion alloués par la SHQ ont été de 12 712 $, alors que la MRC a investi 15 412 $ pour offrir ce service. Le poste de coordonnateur de ces programmes est demeuré vacant pendant près de 10 mois.

Au chapitre de la gestion des terres publiques intra municipales (TPI), les revenus ont totalisés 163 493 $, dont 74 % proviennent de la location de terrains commerciaux, résidentiels, industriels, agricoles et de villégiature, alors que 18 % sont tirés de la vente de terrains. Les dépenses liées aux TPI se chiffrent à 103 904 $. Un montant de 59 589 $ a ainsi pu être transféré au Fonds de mise en valeurs, qui atteint 533 520 $.

Dans le cadre de l’entente de délégation du volet II du programme de mise en valeur des ressources du milieu forestier (PMVRMF), les subventions gouvernementales perçues se sont élevées à 436 763 $, tandis que les dépensent ont totalisé 419 968 $, servant à la réalisation de 16 projets. Par rapport à la gestion foncière et à celle du sable et du gravier, la MRC a enregistré un léger déficit de 7 468 $, puisque les revenus nets ont représenté 463 536 $ et les dépenses 471 004 $. Ce sont 44 109 $ qui ont été remis au ministère des Ressources naturelles, soit 50 % des recettes relatives aux baux et frais de gestion.

Dette et surplus

La dette à long terme de la MRC s’élève à 1 333 614 $, dont 23 % est assumée par un tiers pour Villages branchées et 45 % est à la charge de la gestion foncière, du sable et du gravier. Une dette à long terme de 419 484 $ est donc à la charge des municipalités de la MRC. Pour l’exercice financier 2012, le surplus accumulé non affecté, avant consolidation, s’élève à 1 256 270 $. Le fonds de roulement est de 425 000 $, duquel 126 631 $ sont utilisés pour le financement des travaux d’immobilisation. Le solde disponible est donc de 298 369 $.

Quant à l’affectation du surplus de 525 861 $ en 2012, la MRC veut y aller de prudence. «On va faire attention aux investissements. Nous sommes en attente d’une subvention de 300 000 $ du [Programme d’aide aux immobilisations portuaires]. Dans l’éventualité où notre demande serait refusée, nous utiliserions une partie du surplus pour payer ça. Il faut jouer prudemment», a conclu Mme Huet.

 

Photo : Des revenus plus élevés que ce qui était planifié ont résulté en un surplus de 525 862 $ enregistré en 2012 par la MRC de Manicouagan, notamment en raison d'augmentations significatives des revenus au poste budgétaire de l'aéroport de Baie-Comeau. (Archives Le Manic)

Partager cet article