Marie-Hélène Beaudry, la Déborah d’Amour en vacances

Par 12:00 AM - 26 juin 2013
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Détentrice d’un baccalauréat en études théâtrales et d’une maîtrise en création et écriture théâtrale, Marie-Hélène Beaudry a un bagage de connaissances et d’expériences dans l’art de la scène qu’elle a cumulé depuis de nombreuses années. Après avoir été comédienne dans la pièce Voisin-voisines d’Espace K (Chant’Amuse) l’an dernier, elle renouvelle l’aventure d’interprétation, qui dans Amour en vacances lui permet de vivre sa passion à fond, tout en faisant face à des défis de taille.

Julie-Andrée Verville

 

Depuis quand la passion du théâtre t’anime-t-elle ?

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours fait du théâtre dans les réunions familiales. J’ai le souvenir de moi, à 4 ou 5 ans, chez ma grand-mère, en train de mettre en scène une pièce avec mes cousins et cousines. Ma tante, Murielle Dutil, est aussi comédienne professionnelle et c’est sûr que ça a piqué ma curiosité et, de la voir à la télé, ça a dû m’inspirer. Ensuite, au secondaire, je baignais dans le théâtre par-dessus la tête, dans les cours et dans mes activités parascolaires. J’ai fait Arts et lettres option théâtre, et c’est après avoir réalisé plusieurs auditions et été refusée dans les différentes écoles que je me suis tournée vers la mise en scène. Ça s’est présenté et c’est là que j’ai trouvé mon créneau.

 

Quel est ton rôle dans cette création estivale ?

Je joue Déborah. J’ai pris connaissance du personnage, défini sa personnalité, son caractère, la manière dont elle bouge et elle parle, trouvé pourquoi elle dit ça, ce qu’elle sous-entend. Dans la pièce, elle se retrouve avec son amoureux qui a eu l’idée de prendre un forfait vacances sur la Côte-Nord pour sauver son couple. Déborah, elle est plus de mauvaise foi, elle est désabusée et réticente. Il n’y a plus de passion, de papillons et ils ne savent pas comment faire pour que leur couple survive. Le parcours va la changer. Je suis en couple, alors je réussi bien à me mettre dans sa peau, parce que ces questionnements on les a tous. De jouer me permettra aussi de raffiner mon art de metteure en scène. Être du côté du comédien fait que je vais être plus connectée pour donner mon avis sur tel mouvement ou telle émotion lorsque je monte une pièce.

 

À quels défis es-tu confrontée en tant que comédienne ?

Il y a un plus gros défi pour l’interprétation, parce que le personnage passe par toutes sortes d’émotions. Je n’ai pas de formation de comédienne, c’est donc un beau défi de jouer de façon juste à travers les émotions de Déborah qui changent au quart de tour. Elle est en dent de scie, en colère à un moment et en pleurs la seconde d’après. Il faut donc que je réussisse à être crédible dans toute cette marre d’émotions. Sébastien Langlois, qui joue mon amoureux, est très bon dans son personnage, ce qui m’aide à avoir une hargne envers lui. Les moments d’amour deviennent plus complexes parce que nous n’avons pas d’attirance l’un pour l’autre et sommes collègues, alors il faut aussi arriver à ce que ce soit vraisemblable.

 

Photo : Marie-Hélène Beaudry jouera Déborah dans Amour en vacances. (Espace K Théâtre)

Partager cet article