Les producteurs d’argousier se rencontrent à Chute-aux-Outardes

Par 12:00 AM - 31 juillet 2013
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Des membres de l’Association des producteurs d’argousier du Québec (APAQ) étaient à Chute-aux-Outardes, samedi, dans le cadre d’une journée champêtre tenue à la ferme Argousier Côte-Nord. Sur place, ils ont pu découvrir la plantation de Frédérick Desjardins, qui cultive cet arbre produisant des baies orangées depuis près de dix ans.

Marlène Joseph-Blais

Depuis quelques années, l’APAQ convie ses membres à cette activité organisée chez l’un des producteurs d’argousier de la province. Pour la première fois, la journée champêtre s’est tenue en territoire nord-côtier, sur la propriété de Claudie Canuel et Yvan Desjardins, qui exploitent une cannebergière au même endroit. C’est lorsqu’il travaillait à la production des canneberges que Frédérick Desjardins a décidé de se lancer dans la culture de l’argousier, après que le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation lui ait suggéré cet arbre, alors que les propriétaires cherchaient une façon de revaloriser l’écosystème et de remplacer un simple terrain sablonneux.

Producteur persévérant

Sur place, certains membres et administrateurs de l’APAQ, dont le président, Félix Nunez, ont pris plaisir à découvrir le verger et à questionner le producteur au sujet de son expérience. C’est sous le soleil que les invités ont marché vers les arbres, curieux de voir la plantation de M. Desjardins et, ainsi, pouvoir en découvrir les particularités. «Ça permet aux autres membres de voir nos installations et de comparer les façons de faire. Ça fait déjà un bout que j’ai commencé à cultiver et il y avait des nouveaux producteurs, donc ça peut leur donner des idées et des trucs pour commencer», a-t-il expliqué.

Actif depuis près d’une décennie, le Nord-Côtier est l’un des plus anciens producteurs d’argousier dans la province, et ce, malgré son jeune âge. Au cours d’un exposé présenté devant ses consœurs et confrères, M. Desjardins a reconstitué les débuts de sa production, à partir du moment où il a choisi les variétés d’arbres qu’il planterait. Bien que le projet ait vu le jour en 2004, il aura fallu attendre quelques années avant que la première récolte puisse être faite, en 2009, puisque des problèmes ont été rencontrés pendant la préparation du terrain et que l’arbre produit ses premiers fruits vers l’âge de quatre ans.

Il est possible de trouver des produits dérivés d’Argousier Côte-Nord à la confiserie La Mère Michèle ainsi que dans certains bars laitiers de Chute-aux-Outardes et de Baie-Comeau. Le restaurant Chez Mathilde, à Tadoussac, offre également quelques plats cuisinés avec le petit fruit, tandis que l’Orange Bleue de Baie-Comeau commence à l’intégrer à sa cuisine.

Échanges enrichissants

Les gens qui étaient du rendez-vous à Chute-aux-Outardes en ont profité pour discuter des défis rencontrés au cours des différentes étapes de la production d’argousier, incluant la plantation de l’arbre ainsi que la récolte des petits fruits. Divers problèmes ont été soulevés par M. Desjardins, dont la présence d’oiseaux pilleurs de fruits et d’insectes dérangeants. Un aspect qui a particulièrement étonné les visiteurs est le ravage qui a été causé dans la plantation par des ours qui, au moment de la récolte en 2012, ont transformé le verger en garde-manger. «Je peux vous dire qu’un ours, ce n’est pas très délicat, donc on a eu entre 300 et 400 arbres brisés», a indiqué le producteur, qui compte utiliser divers trucs pour tenter d’éloigner ces bêtes si elle se manifeste à nouveau cette année.

 

Photo : Certains membres et administrateurs de l’Association des producteurs d’argousier du Québec ont écouté Frédérick Desjardins leur raconter son expérience, tout en visitant le verger d’Argousier Côte-Nord, qui comprend une douzaine de variétés d’arbres. (Le Manic)

Partager cet article