Réjean Hébert veut freiner l’usage de la main-d’œuvre indépendante

Par 12:00 AM - 21 août 2013
Temps de lecture :

Baie-Comeau – De passage à Baie-Comeau, jeudi, le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Réjean Hébert a annoncé qu’un plan régional est présentement en préparation en vue de réduire l’utilisation de la main-d’œuvre indépendante dans les établissements de santé de la Côte-Nord.

Marlène Joseph-Blais

Le ministre a tenu à souligner les efforts démontrés par la direction du Centre de santé et de services sociaux de la Haute-Côte-Nord Manicouagan (CSSSHCNM), afin de réduire l’utilisation des employés issus d’agences privées. Toutefois, comme la situation qui prévaut dans la région est l’une des pires au Québec, M. Hébert stipule qu’il reste beaucoup de travail à faire et qu’il faut se doter d’un plan de match fiable. «La diminution de la main-d’œuvre indépendante, ça se fait par une meilleure attraction et une rétention de la main-d’œuvre», a-t-il indiqué.

Le 12 septembre, le plan en question, préparé par l’Agence de la santé et des services sociaux de la Côte-Nord, doit être présenté aux directeurs des ressources humaines de tous les établissements de santé du territoire. Le ministre Hébert rappelle qu’il faudra tenir compte des particularités avec lesquelles certains CSSS doivent composer, dont celui de Sept-Îles, qui éprouve des difficultés à recruter du personnel en raison de la concurrence élevée des employeurs du secteur privé.

Santé mentale

Au cours du dernier exercice financier, qui s’est terminé le 31 mars 2012, 56 % des employés du CSSS de la Manicouagan qui ont bénéficié de l’assurance-salaire se sont absentés pour des causes liées à la santé mentale, ce qui aurait entraîné des coûts frôlant les 1,2 million de dollars. Le directeur des ressources humaines de l’établissement, Réal Gagnière, avait alors parlé d’un problème généralisé dans le réseau de la santé québécois. Le ministre Hébert confirme qu’il s’agit d’une situation préoccupante et qu’une stratégie nationale est mise de l’avant dans le but de contrer ce fléau. «Vous savez, travailler dans le réseau de la santé, ça peut être très difficile», mentionne celui qui a pratiqué la médecine pendant de nombreuses années.

Selon Réjean Hébert, il est possible de tracer un lien entre l’usage abondant d’employés provenant d’agences privées et l’absentéisme découlant de problèmes rattachés à la santé mentale. «Quand la main-d’œuvre indépendante vient, elle prend habituellement les meilleurs quarts de travail. […] C’est pour ça qu’il faut couper le cercle vicieux de la main d’œuvre indépendante si on ne veut pas détériorer les conditions de travail du personnel en place», affirme le ministre, qui assure que des efforts sont faits partout au Québec pour améliorer la situation et que la Côte-Nord ne fait pas exception.

 

Photo : Après s’être arrêté à l’hôpital Le Royer de Baie-Comeau, jeudi midi, le ministre Réjean Hébert était de passage à Sept-Îles en fin d’après-midi. Il a rencontré la direction et le conseil d’administration des établissements visités, avant de prendre la route vers Schefferville et Fermont. On reconnaît ici le député de René-Lévesque, Marjolain Dufour, la députée de Duplessis, Lorraine Richard, M. Hébert et le président du conseil d’administration du CSSS de Sept-Îles, Jean Caron. (Le Nord-Côtier)

Partager cet article