Tordeuse des bourgeons de l’épinette : Développement économique Canada s’associe à la SOPFIM

Par 12:00 AM - 20 mai 2014
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Développement économique Canada a annoncé le 20 mai la création de l’Initiative stratégique contre la tordeuse de bourgeons d’épinette du Québec (ISCTBEQ) qui permettra la remise de 6 millions de dollars sur quatre ans à la Société de protection des forêts contre les insectes et maladies (SOPFIM) pour lutter contre cette maladie touchant les forêts nord-côtières.

Johannie Michaud Gaudreault

Pour 2014-2015, un montant de 1,5 M$ sera injecté à la SOPFIM pour contrôler l’infestation dans les régions du Bas-St-Laurent, de la Gaspésie et de la Côte-Nord. «Ce n’est pas la première fois que le fédéral s’associe à la SOPFIM, puisqu’en 1990, lors des débuts de la société, une entente de ce genre avait été conclue», indique le directeur général de la SOPFIM, Jean-Yves Arsenault.

Toutefois, le ministre de l’Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, Denis Lebel, a précisé que ce projet se faisait dans le respect des compétences provinciales. «L’industrie forestière est sous la responsabilité des provinces, mais le gouvernement fédéral veut devenir un bon partenaire pour le Québec et est très heureux de pouvoir collaborer à la conservation du patrimoine qu’est le secteur forestier», a-t-il ajouté.

Épidémie

Plusieurs régions du Québec, dont la Côte-Nord, vivent une épidémie de la tordeuse de bourgeons de l’épinette (TBE) depuis quelques années. C’est pourquoi le gouvernement du Canada veut éviter les conséquences néfastes que le ravage des forêts pourrait apporter telles que la perte d’emploi et la nuisibilité à l’économie des collectivités dépendantes de l’industrie forestière.

Financée à 60 % par le gouvernement du Québec et à 40 % par l’industrie forestière, la SOPFIM pourra raffiner ses outils de prescription et agrandir l’éventail de ses traitements grâce à l’investissement de Développement économique Canada. «La SOPFIM va mettre en place un programme de protection des forêts aménagées, dont les rendements sont menacés par cet insecte. De plus, une dizaine d’emplois seront créés en région», a indiqué M. Arsenault.

Cette année, la société a repéré 2,5 millions d’hectares infestés par la TBE sur la Côte-Nord. Les pulvérisations aériennes d’insecticides biologiques (BTK) débuteront à Baie-Comeau le 7 juin. La TBE est l’insecte ravageur le plus destructeur des forêts de conifères du Québec. Ce ravageur forestier mange les nouvelles pousses des sapins et des épinettes. Lorsqu’il y a une épidémie, les arbres deviennent rouges au courant de l’été et perdent leurs aiguilles par la suite. «Nous ne sommes pas encore dans le pic de l’épidémie», soutient Jean-Yves Arsenault.

Rappelons que la SOPFIM réalise des pulvérisations aériennes contre la TBE depuis 2009 sur la Côte-Nord et a comme objectif de maintenir en santé les forêts infestées le temps que l’épidémie passe. L’an dernier, ce sont environ 95 000 hectares qui ont été traités, répartis entre Forestville et Port-Cartier.

 

Photo : Le directeur général de la SOPFIM, Jean-Yves Arsenault, le ministre de l’Agence de développement économique du Canada, Denis Lebel, et le maire suppléant de Baie-Comeau, Yvon Boudreault, ont annoncé la mise en œuvre de l’Initiative stratégique contre la tordeuse de bourgeons d’épinette du Québec.

Partager cet article