CEDFOB: Favoriser la culture de chicouté en Basse-Côte-Nord

Par 12:00 AM - 27 janvier 2015
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Le Centre d’expérimentation et de développement en forêt boréale (CEDFOB) de Baie-Comeau vient de lancer un projet de production de 10 000 plants de chicouté en laboratoire, afin de permettre une production commerciale en Basse-Côte-Nord.

Roxanne Simard

Ayant obtenu le financement nécessaire de 50 000 $ par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de la Science, le CEDFOB a débuté en janvier son projet sur l’optimisation des techniques de micropropagation de chicouté, au Centre de recherche les Buissons.

«Lorsqu’on parle de micropropagation, il s’agit en fait de culture in vitro ou de clonage, explique Michael Cosgrove, directeur général du centre. On prélève les tissus des meilleurs plants, soit les variétés les plus performantes selon la résistance, la productivité, le goût, la couleur, l’odeur, etc. et on les reproduit en laboratoire.»

Alors qu’avec la bouture, on arrive à produire un maximum de 2 000 plants par mètre carré, la micropropagation permet d’en faire plus de 10 000. Après leur production, ces plants seront testés dans des tourbières en Basse-Côte-Nord, afin de voir leur réaction et leur développement en milieu naturel.

Besoin des producteurs

Actuellement, il n’existe pas de producteurs ou de pépiniéristes produisant des plants de chicouté, puisque le coût est trop élevé et qu’il y a encore incertitudes en lien avec la rentabilité.

C’est pourquoi Agroboréal et des producteurs de la Basse-Côte-Nord ont exprimé au CEDFOB le besoin d’avoir une grande variété de plants de qualité supérieure, sélectionnés pour leur attribut agricole, afin d’intensifier la densité de chicouté sur un site.

«Avec ce projet, on souhaite être en mesure d’augmenter les rendements et permettre de créer une industrie autour de ce petit fruit. D’ailleurs, l’objectif du CEDFOB est de permettre à la Côte-Nord le développement du créneau des petits fruits, comme la chicouté, et devenir un leader mondial dans ce secteur», exprime-t-il.

Expertise régionale

Ce projet est basé sur plusieurs années de  recherche du Centre de recherche Les Buissons et de Kristine Naess, qui sera d’ailleurs consultante dans ce dossier. En plus des deux ressources du CEDFOB, une enseignante en biologie du Cégep de Baie-Comeau et deux étudiants stagiaires prendront part aux travaux. Ceux-ci pourront aussi être engagés cet été pour poursuivre la recherche.

La participation des étudiants est d’ailleurs très importante pour le CEDFOB, puisque cela permet de familiariser la relève à la recherche appliquée, en plus de leur donner une expérience scientifique.

Notons que ce projet permettra aussi au CEDFOB d’établir des liens avec le milieu et les PME, en plus d’acquérir des équipements qui serviront à des recherches futures.

Photo: CEDFOB

Partager cet article