Baie-Comeau a gelé en février

Par 12:00 AM - 04 mars 2015
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Le Québec tout entier a gelé en février et Baie-Comeau n’y a pas fait exception. Avec une température moyenne de -17,3 degrés Celsius, sans les effets du facteur éolien, il a fait extrêmement froid, mais pas assez, cependant, pour battre le record de -18,3 degrés, enregistré en février 1993.

Charlotte Paquet

«Il a fait très froid, mais moins que dans le cœur d’air froid, comme au Saguenay-Lac-St-Jean ou en Abitibi. Par contre, comme vous étiez près des tempêtes, vous aviez des conditions plus venteuses, donc au niveau du ressenti, c’était possiblement la même chose», souligne André Cantin, météorologue chez Environnement Canada.

La température la plus froide de février a été observée le 2 avec un -30,1degrés, tandis que la plus douce a été enregistrée le 28 avec -4,3 degrés. Sur les 28 jours du mois, les températures moyennes quotidiennes ont été en-deçà de -15 degrés pendant 21 jours.

Comme froidure et neige vont rarement ensemble, il a peu neigé le mois dernier. Les précipitations se sont élevées à 25 centimètres comparativement à une normale de 65 centimètres. Preuve que Baie-Comeau a toujours été épargnée par les bonnes bordées reçues de l’autre côté du fleuve, dans le Bas-St-Laurent et la Gaspésie, la journée la plus enneigée de février 2015 aura été celle du 5 avec 4,6 centimètres de neige.

Comme le précise si bien M. Cantin, les vents ont soufflé fort. La vitesse maximale des rafales a souvent dépassé les 50 km/h pour atteindre même des pointes de 91 et 93 km/h au milieu du mois.

Problème sur problème

Faut-il rappeler que le mois de février a été extrêmement éprouvant pour les deux services de traversiers de la Côte-Nord, en raison surtout des conditions de glaces difficiles.

La traverse Tadoussac-Baie-Ste-Catherine a connu sa part de problèmes. Ils se sont multipliés particulièrement dans la troisième semaine du mois. 

Du côté de la traverse Matane-Baie-Comeau-Godbout, les annulations de traversées se sont multipliées en février. Il ne s’est pratiquement pas passé deux jours sans alerte en ce sens de la Société des traversiers du Québec. Des voyageurs ont aussi dû passer de très longues heures à bord du Camille-Marcoux, prisonnier des glaces du côté de Matane.

Le mois de mars vient de s’amorcer et les annulations de traversées se poursuivent. Le Camille-Marcoux est resté à quai pendant toute la journée du 1er mars, tout comme l’avant-midi du 3.

Photo:Courtoisie René Méthot

 

Partager cet article