Imbroglio: rouler à 100 km/h sur la 389, une utopie

Par 12:00 AM - 02 mars 2015
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Les automobilistes qui espéraient rouler un jour à 100 km/h sur le futur tronçon  servant d’accès à la route 389 à partir de Baie-Comeau doivent en faire leur deuil. Un imbroglio est à l’origine de cet espoir anéanti.

Charlotte Paquet

«On "design" les routes avec 10 km de plus que la vitesse affichée. Il y a eu un imbroglio. Ce ne sera pas 100 km/h. Dans certains secteurs, on ne sera pas capable de respecter le 90 km/h», a rapidement précisé Michel Bérubé, directeur régional à la Direction régionale du ministère des Transports, jeudi midi, à la tribune de la Chambre de commerce de Manicouagan.

Comme conférencier-invité, M. Bérubé a principalement concentré son discours sur les grandes lignes des 22 premiers kilomètres du projet d’amélioration de la route 389, présentement  devant le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE). Parmi la soixantaine de personnes présentes dans la salle, on retrouvait plusieurs représentants d’entreprises de transport utilisatrices de la 389 et des commerçants qui font affaires sur le boulevard Comeau, donc près de l’actuel accès.

Le directeur régional a défendu le choix de l’avenue du Labrador, dans le parc industriel intersecteurs à Baie-Comeau, pour le nouvel accès. Selon lui, cette route «complètement neuve de Baie-Comeau à Manic-2 et sortant entre les deux secteurs» répond plus aux objectifs en matière de sécurité que les deux autres scénarios étudiés, soit le statu quo et un accès par le biais du chemin de la Scierie.

Pas avant 2018

Dans le meilleur des mondes, il faudra attendre à l’automne 2018 avant que ne s’enclenchent les premiers travaux du tronçon de 22 km, à un coût qui pourrait osciller entre 70 M$ et 100 M$. Ce projet sera réalisé en un seul contrat.

Il est évident que si le BAPE décide de tenir des audiences publiques, à la suite de mémoires qui lui seraient soumis, des délais sont à prévoir. «C’est sûr qu’il va y en avoir des contestations, car dans le secteur Marquette, vous nous privez d’une "businesse" importante dans l’année», a martelé Pierre Lavoie, du Garage Pierre Lavoie, sur le boulevard Comeau. «Nous, notre mission principale, c’est d’assurer la sécurité. Vous connaissez tous les deux premiers kilomètres. Le gros grain, c’est au niveau de la sécurité», est alors intervenu le chef du projet d’amélioration de la route 389, André Bernatchez.

«Nous, on ne fait pas un projet pour des intérêts privés, mais pour l’intérêt de l’ensemble de la collectivité», a renchéri le directeur régional, avant de rappeler que l’accès actuel de la route 389 ne sera pas fermé et que les voyageurs et les camionneurs auront toujours la possibilité de l’emprunter.

Sur l’ensemble de la route 389, les premiers travaux de réfection s’amorceront bientôt sur des tronçons qui ne nécessitent pas d’étude d’impact.

 

Partager cet article