Une deuxième édition du tonnerre!

Par 12:00 AM - 07 juillet 2015
Temps de lecture :

Baie-Comeau – La deuxième édition du Festival Eau Grand Air a été couronnée de succès, le week-end dernier, à Baie-Comeau. Avec une foule estimée à 8 000 personnes, 1 000 de plus qu’en 2014, et un déroulement sans fausse note, le comité organisateur ne peut que se dire mission accomplie.

Charlotte Paquet

Il faut dire que l’événement a véritablement démarré sur les chapeaux de roues, vendredi soir, avec une performance extraordinaire de deux heures du rocker Éric Lapointe, accompagné de Rosa, sa favorite à la dernière saison de l’émission La Voix. Précédé par deux groupes rock pas piqués des vers quand même, soit Amasic et Undercover live rock band, Lapointe a attiré 4 000 personnes au parc des Pionniers. Du monde, il y en avait partout. C’est 1 000 spectateurs de plus que pour la soirée d’ouverture de l’édition 2014.

«On savait qu’Éric Lapointe allait attirer les foules», concède la présidente du comité, Julie Dubé. Les organisateurs ont fait le pari que plusieurs spectateurs seraient de retour le lendemain, même si tous demeurent conscients que Dame Nature peut parfois brouiller les cartes.

Renée Wilkin a ouvert de belle façon la soirée de spectacles de samedi. Sa voix, son énergie et son répertoire en ont ravi plus d’un. Alex Nevsky et son band ont suivi. Les fans du chanteur ont été comblés, tandis que d’autres ont appris à le connaître. «Ç’a été une belle découverte», affirme Mme Dubé, rappelant la générosité de l’artiste qui a signé des autographes jusqu’à minuit. Le LBA band, dont le claviériste Alexandre Dumont est natif de Baie-Comeau, a terminé la soirée avec un feu roulant de succès pour faire danser le monde. Le comité organisateur estime que 500 personnes de plus qu’en 2014 ont assisté aux shows du samedi.

Les artistes qui se sont produits sur la nouvelle scène de la relève ont également épaté l’assistance. Les Valérie Lahaie, Anthony Roussel, Marco et les Torvis et Jill ont charmé les gens. Même que des spectateurs ont souligné aux organisateurs que le groupe de Forestville aurait dû se retrouver sur la grande scène.

Fait à noter, les familles et les adultes qui ont gardé leur cœur d’enfant ont pu s’amuser pendant les journées de samedi et dimanche. Spectacles de clowns, animation clownesque, structures gonflables et défi-bulles ont été proposés, entre autres. Il y a aussi eu les prestations des ministars en matinée dimanche. Artistes et artisans se sont retrouvés sous un chapiteau pour créer et montrer leurs œuvres.

Marche et couleur

«Entre la première et la deuxième édition, la marche était haute. On est heureux de nos nouveautés et content de voir la réponse des gens. On a donné le meilleur de nous-mêmes et on a été récompensés pour le travail qu’on a fait», affirme Mme Dubé, reconnaissante face à la participation des gens et à la contribution d’une centaine de bénévoles.

La présidente se dit cependant consciente qu’il y aura toujours des améliorations à apporter. D’ailleurs, les organisateurs feront le bilan de l’édition 2015 à la fin du mois du juillet.

Pour 2016, le comité travaillera fort pour «se trouver une couleur locale qui ferait en sorte qu’on serait reconnu à l’extérieur», souligne la présidente. Elle cite en exemple le petit village de Saint-Tite dont le festival western lui a fourni une notoriété incroyable.

Photo: Pas moins de 8 000 personnes ont participé à la deuxième édition du Festival Eau Grand Air. On aperçoit ici la foule rassemblée au parc des Pionniers, vendredi soir, lors du spectacle d’Undercover live rock band. Éric Lapointe était alors attendu. (Crédit-photo Undercover live rock band)

 

Partager cet article