Marilène Gill ramène Manicouagan au Bloc québécois

Par 12:00 AM - 20 octobre 2015
Temps de lecture :

Le Bloc québécois effectue un retour en force dans la circonscription de Manicouagan avec l’élection de Marilène Gill, lundi soir, au terme d’une très longue campagne électorale de 78 jours.

Les résultats préliminaires disponibles autour de minuit accordaient à la bloquiste 13 356 voix, soit 42,4 % des suffrages exprimés.

La nouvelle députée a accueilli sa victoire avec une grande satisfaction évidente. Comme elle l’a avoué, même si sa campagne s’est bien déroulée, il n’en reste pas moins qu’une petite inquiétude la tenaillait tout de même.

En s’adressant aux quelques dizaines de militants qui ont suivi avec elle le dévoilement des résultats, Mme Gill a répété son message des derniers mois en s’engageant à être une députée disponible, présente et à l’écoute des citoyens afin de mener à Ottawa une voix forte. « Je veux amener la voix de Manicouagan, le pays dans un pays », a-t-elle lancé haut et fort.

La nouvelle élue a salué la résistance des Nord-Côtiers qui, malgré la vague libérale, n’ont pas hésité à ramener Manicouagan dans le giron du Bloc québécois.

Mme Gill a l’intention d’ouvrir trois bureaux dans sa circonscription. Sa grande priorité sera la défense de projets pour revitaliser l’économie de la région. D’ailleurs, alors que sa victoire semblait se concrétiser lundi soir, déjà des gens l’appelaient ou lui envoyaient des courriels pour lui soumettre leurs projets.

Jonathan Genest-Jourdain «serein»

Défait dans Manicouagan, le néodémocrate Jonathan Genest-Jourdain ressort «serein» de la présente campagne.

«J’ai mené une campagne à la hauteur de ma pratique des quatre dernières années, je me suis assuré de mettre de l’avant les idéaux des citoyens. J’en suis fier, il y a une voix alternative qui s’est fait entendre dans Manicouagan depuis 2011», a-t-il réagi.

Issu de la communauté de Uashat mak Mani-Utenam, M. Genest-Jourdain se réjouit aussi de la «participation des Autochtones» à l’élection 2015. Pour l’heure, l'avocat de 36 ans prévoit retourner à la pratique du droit et évaluera son implication en politique.

« Ce sera pour la prochaine fois » – Mario Tremblay

Devant les siens à Longue-Rive, le candidat du Parti libéral dans Manicouagan, Mario Tremblay, a prononcé un discours optimiste malgré la défaite.

Ayant récolté 29,1 % des voix, le candidat a tout de même réussi à coiffer au fil d’arrivée le député sortant de Manicouagan, le néodémocrate Jonathan Genest-Jourdain. « Je me suis embarqué dans l’aventure avec l’appui de mon équipe et de ma famille. Je leur ai vendu l’idée qu’il était possible pour moi d’aller à Ottawa. J’y croyais. La prochaine fois sera la bonne », a lancé avec émotion Mario Tremblay.

Son directeur de campagne, Gaétan Tremblay (photo), qui fut jadis directeur de campagne de l’ex-député du Parti libéral dans Charlevoix, Charles Lapointe, a vanté les qualités de travailleur acharné de Mario Tremblay, qui ont mené à « des résultats très satisfaisants, jamais atteints sur la Côte-Nord pour un candidat libéral. »

Yvon Boudreau rend vite les armes

Le candidat du Parti conservateur Yvon Boudreau n’a pas mis de temps à réaliser que la partie était déjà terminée dans le comté de Manicouagan.

Rencontré dans les locaux du restaurant Marco Pizza aux alentours de 22 h, le représentant du parti bleu savait déjà que les dés était jetés sur les élections de 2015.
Sans même connaître les résultats finaux, le conseiller municipal de la Ville de Baie-Comeau se montrait fort déçu de la tournure des événements.

«Personnellement, je croyais bien être en mesure de me faufiler. Ma campagne «porte à porte» s’est bien déroulée. J’ai reçu de très bons commentaires, mais il faut aussi avouer que le territoire est très grand à couvrir», a reconnu le représentant du parti de Stephen Harper.

Sans vouloir élaborer davantage sur la tournure du présent scrutin, le personnage politique a reconnu que le peuple canadien semblait vouloir voter plus pour du changement que sur les valeurs des partis politiques en présence.

– Avec la collaboration de Charlotte Paquet, Fanny Lévesque, Shirley Kennedy et Sandro Célant

 

 

Partager cet article