Le Festival Eau Grand Air est finaliste au concours Les Vivats

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 10 mars 2016
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Le Festival Eau Grand Air accorde beaucoup d’importance au développement durable depuis sa création en 2014 et ses efforts sont reconnus. À preuve, il fait partie des finalistes au concours Les Vivats, qui récompense les pratiques exemplaires en matière d’organisation d’événements écoresponsables.

La candidature du Festival a été retenue dans la catégorie Le Grand Vivat, qui réunit les événements associés à un budget de fonctionnement de 500 000 $ et moins. Dans les faits, son budget tourne autour de 200 000 $. Ce sont ses réalisations de l’édition de l’an dernier qui ont été tenues en compte.

Évidemment, les administrateurs de la Corporation Eau Grand Air, avec en tête sa présidente, Julie Dubé, jubilent. « Développer la fierté et le sentiment d’appartenance des citoyens aura été la plus belle réussite du festival et un point d’ancrage majeur pour assurer la pérennité de ce rendez-vous annuel », affirme-t-elle.

Le Conseil québécois des événements écoresponsables dévoilera les lauréats de concours le 5 avril, au Cabaret Lion d’Or. Mme Dubé et la responsable du développement durable au sein du comité organisateur, Isabelle Giasson, seront sur place.

Des actions payantes

Plusieurs actions sont posées annuellement pendant le Festival Eau Grand Air pour respecter sa démarche de développement durable. Parmi elles, il y a l’accessibilité et la diversité par la distribution de bracelets gratuits à divers organismes et par l’accès aux personnes à mobilité réduite près de la scène.

Un autre volet touche l’économie locale, notamment par l’intégration de spectacles d’artistes locaux et régionaux ainsi que par le recours à des fournisseurs locaux ou, à tout le moins, des fournisseurs québécois. La sensibilisation au développement durable fait partie des actions prises.

La protection de l’environnement demeure le moteur de l’organisation, entre autres avec l’application des 4R (repenser, réduire, recycler, réutiliser) et la réduction de l’offre d’eau embouteillée par l’ajout du camion distributeur d’eau potable.

Partager cet article