L’ex-maire Di Piazza fait partie des témoins potentiels

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 12 avril 2016
Temps de lecture :

L’ex-maire de Baie-Comeau, Ivo Di Piazza, fait partie des 115 témoins potentiels qui pourraient être appelés à la barre lors du procès de l’ex-vice-première ministre du Québec, Nathalie Normandeau, et des six autres personnes arrêtées en même temps qu’elle par l’Unité permanente anticorruption, à la mi-mars, sous des accusations d’abus de confiance, fraude et corruption, entre autres.

Dans les faits, le nom de M. Di Piazza est ressorti avec tous les autres lors de la confection d’une liste de personnes avec lesquelles les sept accusés ne peuvent entrer en contact pendant les procédures judiciaires. Chacun d’eux a signé la liste en même temps que leur promesse de comparaître

L’ancien élu cible l’important projet de mise aux normes de l’eau potable comme d’intérêt dans le présent dossier. Il considère que tous les élus qui pilotaient de gros projets d’investissements se trouvent probablement sur la même liste.

On se souviendra que la réalisation du projet de mise aux normes a été annoncée en 2009 à Baie-Comeau par le ministre des Affaires municipales de l’époque, Laurent Lessard, et le député fédéral de Lotbinière-Chutes-de-la-Chaudière, Jacques Gourde. Les travaux se chiffraient alors à 47,2 M$.

Le fait qu’il soit identifié comme témoin potentiel n’inquiète aucunement M. Di Piazza. « Dans le cas de la municipalité et de mes fonctions de maire, je suis très à l’aise avec ça », raconte-t-il.

Maire de 2002 à 2009, M. Di Piazza affirme que les démarches ayant mené à l’annonce du projet ont été menées dans les règles de l’art. « Il n’y a rien dans le parcours du projet qui peut porter préjudice », assure-t-il.

Partager cet article