La grêle n’a rien d’exceptionnel, mais surprend toujours

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 29 septembre 2016
Temps de lecture :
Des grêlons de la taille d’un gros pois sont tombés sur Baie-Comeau dans l’après-midi du 21 septembre.

Des grêlons de la taille d’un gros pois sont tombés sur Baie-Comeau dans l’après-midi du 21 septembre.

Baie-Comeau – La grêle n’a rien d’exceptionnel en soi, mais quand il en tombe, ça surprend toujours. Des résidents de Baie-Comeau en ont eu un bon aperçu dans le milieu de l’après-midi du 21 septembre.

Des orages d’une intensité incroyable sont tombés à ce moment-là, entrainant dans leur sillage de la grêle. Le phénomène météorologique a été localisé. Des secteurs de la municipalité ont été touchés et d’autres pas.

Des grêlons de la taille d’un pois ont recouvert le sol et les patios. Dans certains cas, ils étaient encore bien visibles au bout de deux heures dans les zones plus à l’ombre.

Chez Environnement Canada, la météorologue Marie-Ève Giguère indique que la grêle n’apparait pas sur les radars. Ils en sont informés par les signalements du public. « Mais on savait que c’était possible avec les orages. On le voyait vraiment sur les radars que la cellule orageuse s’est intensifiée sur Baie-Comeau », raconte-t-elle. Les orages proviennent généralement du nord-ouest et descendent vers le fleuve.

Quand des gouttes de pluie se transforment en grêlons, c’est que la force du courant d’air ascendant fait monter plus haut dans la stratosphère les petites gouttes de pluie, qui gèlent et deviennent des grêlons.

Alertes météo

Selon Mme Giguère, en matière d’orages, les météorologistes émettent une alerte météo lorsque le phénomène risque de se transformer en tornade ou entrainer des vents destructeurs, donc d’une vitesse supérieure à 90 km/h.

Une alerte est également lancée en cas de risques de pluie torrentielle (plus de 50 millimètres en une heure) ou encore lorsqu’un orage produit des grêlons de grande taille, en l’occurrence d’un diamètre de deux centimètres et plus.

Pour en revenir à l’épisode de grêle de la semaine dernière à Baie-Comeau, aucun dommage n’a été rapporté, contrairement à ce qui s’est passé au Saguenay à la fin juillet. On se souviendra que des grêlons pouvant atteindre la grosseur d’une balle de tennis avaient causé de lourds dommages.

Partager cet article