La Régie des matières résiduelles vise juste

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 13 octobre 2016
Temps de lecture :
Le projet pilote de récupération de carcasses d’orignaux devrait permettre d’éliminer, sinon de réduire le nombre de scènes du genre. Ces restes ont été découverts cet été à deux pas du poste du Poste Chute-aux-Outardes, à Pointe-aux-Outardes.

Le projet pilote de récupération de carcasses d’orignaux devrait permettre d’éliminer, sinon de réduire le nombre de scènes du genre. Ces restes ont été découverts cet été à deux pas du poste du Poste Chute-aux-Outardes, à Pointe-aux-Outardes.

Baie-Comeau – La Régie de gestion des matières résiduelles de Manicouagan (RGMRM) fait un tabac avec son projet pilote de récupération de carcasses d’orignaux. Les chasseurs ne se font pas prier pour aller les porter à l’écocentre et profiter d’un service tout à fait gratuit.

Vendredi midi, au moment de mettre sous presse, le décompte était rendu à 72 carcasses. Au rythme où vont les choses, ce nombre devrait être beaucoup plus élevé aujourd’hui. Dans la seule journée du lundi 3 octobre, les restes de 20 orignaux ont été apportés à l’écocentre.

Il faut dire que le service n’est pas offert les samedis et les dimanches. Dans les faits, il est possible de s’en prévaloir du lundi au vendredi de 8 h à 15 h. « On arrête à 15 h, car chaque jour, on doit prendre ces carcasses et les amener au lieu d’enfouissement de Ragueneau pour les enfouir », explique Isabelle Giasson, porte-parole de la RGMRM. Il est aussi possible d’apporter les carcasses directement au lieu d’enfouissement technique, mais peu le font.

Les gens doivent apporter les têtes et les carcasses dans des sacs de plastique bien noués pour une question de salubrité et d’hygiène. Mme Giasson rappelle que des employés ont à manipuler tout ça.

Une alternative

Par le lancement de ce projet pilote, qui se terminera à la mi-novembre, l’organisme souhaite offrir une alternative de proximité aux chasseurs et éviter qu’ils ne disposent des restes de leurs bêtes dans l’environnement ou simplement dans le bac à ordures.

On se souviendra qu’à l’automne 2015, un sac contenant une tête

d’orignal a été trouvé tout près de l’entrée du Boisé de la Pointe-Saint-Gilles, dans le secteur du centre Henry-Leonard à Baie-Comeau.

Bon an mal an, des restants d’orignaux sont trouvés ici et là. Pas plus tard qu’au cours de l’été dernier, des os et de la fourrure d’orignal ont été trouvés sur un terrain situé à peine à une centaine de mètres du chemin principal à Pointe-aux-Outardes.

L’an dernier, la RGMRM recueillait aussi les carcasses d’orignaux, mais uniquement au lieu d’enfouissement de Ragueneau et moyennant un déboursé de 40 $. Une quinzaine de chasseurs s’en étaient prévalus.

« Si on compare ça avec ce qui rentre aujourd’hui, ça nous confirme que ce projet-là répond à un projet et, au terme du projet, on va se rendre compte s’il y en a moins dans et dans les bacs », conclut Mme Giasson.

Partager cet article