La cause de l’incendie de Charles-Guay est difficile à cerner

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 23 octobre 2016
Temps de lecture :
La cause de l’incendie pourrait demeurer inconnue.

La cause de l’incendie pourrait demeurer inconnue.

Baie-Comeau – La cause de l’incendie qui a complètement détruit une résidence de la rue Charles-Guay à Baie-Comeau, dans la nuit du 9 au 10 octobre, n’est toujours pas établie. L’assureur des propriétaires a mandaté une firme indépendante pour s’assurer que l’origine demeure inconnue, ce à quoi en est venu le service des incendies de la ville de Baie-Comeau après une longue expertise de la scène.

Selon pompier-préventionniste, Simon Leblanc, cette façon de faire n’est pas exceptionnelle. Parfois, les assureurs vont cependant s’en tenir à son propre rapport. « Il y en a qui savent que ça fait longtemps qu’on fait ça (des enquêtes pour trouver la cause), vont demander mon rapport et vont payer pour le rapport », explique celui qui est en lien avec l’expert indépendant.

Faut-il rappeler que l’alerte a été donnée vers 2 h. Les deux occupants ont été tirés de leur sommeil et ont pu sortir à temps. Leurs deux chiens sont également sains et saufs.

Une quinzaine de pompiers ont livré une chaude lutte au brasier. Selon le pompier-préventionniste, il aura fallu deux bonnes heures pour réussir à le maitriser. Les sapeurs sont heureux d’avoir évité que les flammes ne se propagent aux maisons voisines. L’incendie a été d’une rare violence.

Simon Leblanc et un collègue ont passé plusieurs heures à examiner les décombres dans la journée du 10 octobre. En raison de la violence de l’incendie, il n’était pas évident de mettre le doigt sur la cause. Il est cependant fort probable que le feu ait pris naissance dans la cuisine.

Le service des incendies a même requis l’aide d’un spécialiste de la Sûreté du Québec pour examiner la scène à la recherche d’un indice quelconque, mais sans plus de succès pour identifier la cause du sinistre. Fait à noter, il arrive que des incendies demeurent inexpliqués.

Partager cet article