Catholiques, anglicans et musulmans prient ensemble

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 08 février 2017
Temps de lecture :
Les gens ont été invités à se réunir autour de Mgr Jean-Pierre Blais, du pasteur anglican Stephen Kohner et du représentant de la communauté anglicane, le Dr El Gandli, pour la prière universelle. Photo Le Manic

Les gens ont été invités à se réunir autour de Mgr Jean-Pierre Blais, du pasteur anglican Stephen Kohner et du représentant de la communauté anglicane, le Dr El Gandli, pour la prière universelle. Photo Le Manic

Baie-Comeau – Un peu plus de 70 personnes se sont réunies à la cathédrale Saint-Jean-Eudes à Baie-Comeau, dimanche soir, pour une veillée de prière en mémoire des six victimes de la tuerie de la grande mosquée de Québec, survenue une semaine plus tôt.

 

Sur le thème Heureux les artisans de la paix, l’événement a réuni dans une même enceinte l’évêque du diocèse de Baie-Comeau, Mgr Jean-Pierre Blais, le pasteur de l’Église anglicane, Stephen Kohner, et un représentant de la communauté musulmane de Baie-Comeau, le Dr El Gandli, oto-rhino-laryngologiste à l’Hôpital Le Royer.

En guise de mot de bienvenue, le curé de la paroisse, Yves Lemieux, a insisté sur le fait que l’attentat du 29 janvier montrait que la paix n’est pas quelque chose d’acquis, mais bien quelque chose qui se développe et qui demeure fragile. « Ce soir, nous voulons dire non à la violence », a-t-il lancé.

La partie protocolaire de la veillée de prière a duré près d’une heure. Les cloches ont sonné autour de 19 h 45, l’heure à laquelle les coups de feu retentissaient une semaine plus tôt à la grande mosquée.

Symboles d’un rassemblement de paix de toutes religions confondues, M. Gandli, Mgr Blais et le pasteur Kohner ont été invités tour à tour à déposer sur des lutrins le Coran ainsi que des exemplaires en français et en anglais de la Bible.

Chacun s’est ensuite adressé à l’assemblée. Pendant que l’évêque insistait sur l’importance « de se rassembler entre communautés de religions différentes et de prier dans un même lieu », le pasteur rappelait les paroles de l’évêque anglican du diocèse de Québec à l’effet que « quand une communauté est attaquée, nous sommes tous attaqués ».

Pas de mots

L’allocution de M. Gandli a été un moment émouvant. D’entrée de jeu, il a rappelé la fierté des membres de la communauté musulmane d’être Canadiens et d’être Québécois. « On souhaite que nos enfants grandissent dans un pays d’amour », a-t-il souligné, avant d’ajouter qu’il n’y a pas de mots pour décrire ce qui est arrivé à Québec.

Le représentant des musulmans de la Manicouagan a poursuivi en remerciant les gens pour tout le soutien apporté depuis la tragédie. Il s’est dit grandement touché.

L’homme a aussi insisté auprès des gens rassemblés à la cathédrale sur le fait que lorsque des musulmans se réunissent dans une mosquée au Québec, c’est pour prier. « Tout comme vous, ils le font pour la paix et pour l’amour », a-t-il mentionné.

Selon lui, la stigmatisation de l’islam par certains politiciens et certains médias n’aide pas. « Il n’y a pas de mauvaises religions, mais il y a des gens mal intentionnés qui nuisent à lasociété, des gens ignorants et mal informés », a conclu M. Gandli.

Parmi les autres moments forts de la veillée de prière, il y a eu l’offrande d’une gerbe de fleurs par la représentante de la Ville de Baie-Comeau, Reina Savoie-Jourdain. Sept roses blanches symbolisant la paix et les sept familles musulmanes de la Manicouagan composaient cette gerbe. « Je me fais la porte-parole de toute la population pour vous dire que vous êtes ici chez vous », a fait valoir la conseillère municipale.

La prière universelle a conclu l’événement et, pour ce temps particulier, les gens ont été invités à entourer Mgr Blais, le pasteur Kohner et M. Gandli pour prier en communion. Tout de suite après, la magnifique chanson de Gilles Vigneault, Il me reste un pays, a retenti.

Partager cet article