Le prix des maisons augmente de 42 % en 10 ans

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 07 avril 2017
Temps de lecture :

Baie-Comeau – En dix ans, le prix de vente médian des maisons unifamiliales à Baie-Comeau s’est raffermi de 42 % pour se fixer à 150 000 $. Cette hausse est inférieure de 11 % à la moyenne provinciale et la dévaluation des deux dernières années n’y est pas étrangère.

La firme JLR solutions foncières vient de publier le portrait du prix des maisons unifamiliales des 100 villes du Québec où il y a eu le plus de transactions immobilières en 2015 et en 2016. Les données ont été colligées à partir des actes publiés au Registre foncier. Sur la Côte-Nord, la ville de Sept-Îles y est aussi analysée.

Le tableau révèle que 165 transactions ont été conclues à Baie-Comeau l’an dernier. Le prix de vente médian représente une baisse de 2 % par rapport à 2015. « La baisse de 2014 à 2015 est plus importante que la dernière avec 7 %. C’est énorme », note Joanie Fontaine, économiste chez JLR. À ces deux chutes successives, il faut ajouter une stabilité du prix de 2013 à 2014.

N’eût été ces trois années marquées par une conjoncture économique difficile, il est fort possible, selon l’économiste, que la majoration du prix des maisons à Baie-Comeau aurait été similaire à la moyenne provinciale. « Vous avez eu de bonnes hausses de prix de 2006 à 2013 », rappelle-t-elle.

Fond de cale

Avec une augmentation de 42 % du prix de vente sur dix ans, Baie-Comeau occupe le 87e rang sur les 100 villes analysées. Il faut dire que l’écart à la hausse de plusieurs municipalités se situe entre 40 et 55 %, souligne Joanie Fontaine.

Le premier rang au tableau revient à la ville de Rouyn-Noranda avec un prix médian de 210 000 $ pour un bond de 136 %. Suivent Val-d’Or (209 225 $, +120 %), Saint-Raymond (160 500 $, +114 %) et Sept-Îles (220 000 $, +91 %).

« Ces dernières années, Sept-Îles a eu des années difficiles, mais elle avait connu des hausses tellement spectaculaires de 2006 à 2011, 2012 », affirme l’économiste pour expliquer l’ampleur du bond sur 10 ans. Fait à noter, malgré le ralentissement économique important, le prix médian y a tout de même augmenté de 2 % de 2015 à 2016.

Partager cet article