Centraide met la table pour 620 000 $ d’ici février

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 05 septembre 2017
Temps de lecture :

Les deux coprésidents d’honneur dans la Manicouagan, Philippe Dumont et Josée Gagnon, sont entourés d’Emmy Foster et Josée Mailloux, de Centraide, et de Stéphanie Gagné et Rémi Giguère, ambassadeurs jeunesse. La scène a été croquée lors du lancement officiel de la campagne de financement jeudi. Les lunettes rouges, les lunettes Centraide, sont un article de financement. Photo Le Manic

Baie-Comeau – La nouvelle campagne de Centraide Haute-Côte-Nord Manicouagan est officiellement lancée. D’ici le mois de février 2018, Philippe Dumont, Josée Gagnon et Claude Deschênes, appuyés par Stéphanie Gagné et Rémi Giguère à titre d’ambassadeurs jeunesse, ont bien l’intention de redoubler d’efforts et d’ingéniosité dans leurs actions afin d’atteindre, sinon de dépasser leur objectif de 620 000 $.

Jeudi, c’était jour de grand lancement pour Centraide. Tenu en présence de plusieurs représentants d’organismes membres, de donateurs et de partenaires, l’événement a permis de dévoiler les principales activités de financement des prochains mois. On peut penser au Défi but Centraide, au lancement d’une bière thématique, à la Soirée gourmande, au Tupper Go Manicouagan, au MicroSpin ou encore au fameux Tournoi de hockey de rue Carrefour Chevrolet.

Hydro-Québec initie également une nouvelle activité de financement cet automne. Ainsi, pour chaque client de la Côte-Nord qui adhère à la facture en format électronique d’ici le 6 décembre, elle versera 3 $ dans les coffres de Centraide.

Une formule à privilégier

Les coprésidents d’honneur veulent réellement augmenter le nombre d’entreprises participant à la formule de retenue à la source. M. Dumont et Mme Gagnon ont chacun en main une liste de 30 noms de milieux de travail à la porte desquels ils iront frapper dans la Manicouagan.

En incluant le démarchage effectué par la permanence de Centraide, c’est une centaine d’employeurs qui seront ainsi sollicités dans la Manicouagan. À ce nombre, il faut ajouter ceux de la Haute-Côte-Nord qui seront interpellés par M. Deschênes. En 2016, à la grandeur du territoire de Centraide, 39 rencontres en milieu de travail ont eu lieu.

Cette façon de contribuer à Centraide, insiste M. Dumont, est sûrement la plus simple et efficace pour assurer des rentrées d’argent régulières. La cotisation d’un seul dollar par semaine, ça fait tout de même 52 $ par année, laisse-t-il entendre. Qui plus est, certains employeurs doublent les dons de leurs employés, ce qui est encore plus intéressant. Dans son passé récent de concessionnaire automobile, c’est d’ailleurs ce qu’il faisait et il n’était pas le seul, selon lui.

Une sur deux

Dans la région, une personne sur deux bénéficient des services offerts par la trentaine d’organismes subventionnés par Centraide, mentionne Mme Gagnon, en soulignant l’importance de les soutenir, peu importe l’ampleur des dons de chacun. « Selon moi, les plus petites de nos actions seront toujours plus grandes que les plus nobles de nos intentions », martèle-t-elle.

Les dynamiques ambassadeurs jeunesse sont aussi bien déterminés à faire une différence dans les dons versés par les 18-25 ans. Ils passeront le message sur l’importance de contribuer à Centraide dans les prochains mois. Rémi Giguère dit s’attendre à se faire répondre par les jeunes qu’ils n’ont pas d’argent, mais il rappelle que pour certains, de l’argent, ils en avaient la veille au bar.

Partager cet article