Les vannes de Manic-5 s’ouvrent pour la première fois en raison d’une crue

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 31 octobre 2017
Temps de lecture :

L’évacuateur de crues de Manic-2 a été ouvert jeudi et il l’étais toujours en fin de journée lundi. Phot courtoisie

Baie-Comeau – Pour la première fois en cinquante ans d’histoire de son plus illustre barrage, Hydro-Québec a dû ouvrir les vannes de Manic-5, samedi avant-midi, en raison du niveau d’eau trop élevé de son réservoir. Elles ont été refermées dans l’après-midi de dimanche.
La crue automnale 2017 est exceptionnelle dans la Manicouagan, selon la porte-parole d’Hydro-Québec, Cathy Hamel. « Ça bat des records », précise-t-elle, en soulignant que 140 mm d’eau sont tombés du 25 au 27 octobre.
L’évacuateur de crues du barrage Daniel-Johnson a été ouvert à une seule reprise dans le passé, soit en 1984, mais pour une inspection et non en raison d’une trop grande quantité d’eau.
Les vannes de plusieurs autres barrages ont aussi été ouvertes. Les déversements du côté de Bersimis-1 et Bersimis-2 ont commencé jeudi. Pour ce dernier ouvrage, c’était déjà prévu.
Par contre, dans la soirée de jeudi, ce fut au tour des évacuateurs de Manic-3, Manic-2, Manic-1 et McCormick de laisser passer de l’eau.
Vendredi matin, les barrages Toulnoustuc et Outardes-2 s’ajoutaient. La situation perdurait lorsque Le Manic a été mis sous presse en fin d’après-midi lundi.
Intégrité
Comme le souligne Cathy Hamel, si les évacuateurs laissent passer de l’eau, c’est pour assurer l’intégrité des installations. « Il y a un niveau d’eau à ne pas dépasser. Chaque barrage est fait pour retenir une certaine quantité d’eau », mentionne-t-elle.
Dans les faits, des déversements s’imposent quand les débits d’eau sont trop élevés par rapport aux besoins des turbines dans les centrales. Hydro-Québec prend la décision en tenant compte aussi des prévisions de pluie annoncées.
Fait à noter, du côté des centrales Outardes-3 et Outardes-4, aucun déversement n’avait encore été nécessaire en date de lundi, mais leur situation demeurait sous surveillance.

Partager cet article