CPE : les travailleuses de la Manicouagan voteront bientôt

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 24 novembre 2017
Temps de lecture :
Le 1er novembre, les travailleuses des CPE affiliées à la CSN au Québec ont tenu une journée de grève. On aperçoit ici la présidente du syndicat des CPE de la Manicouagan, Julie Pellerin, en compagnie du président du Conseil central Côte-Nord (CSN), Guillaume Tremblay. Photo archives Le Manic

Le 1er novembre, les travailleuses des CPE affiliées à la CSN au Québec ont tenu une journée de grève. On aperçoit ici la présidente du syndicat des CPE de la Manicouagan, Julie Pellerin, en compagnie du président du Conseil central Côte-Nord (CSN), Guillaume Tremblay. Photo archives Le Manic

Baie-Comeau – « Après plus de deux ans et demi de négociations, on est quand même satisfait d’avoir franchi une étape de plus. Notre première impression, c’est que les parents, les enfants et les travailleuses en sortent gagnants. »

C’est ainsi que réagit Julie Pellerin, présidente du syndicat des Centres de la petite enfance (CPE) de la Manicouagan, à la suite de la récente recommandation des hautes instances nationales de la CSN d’accepter l’entente de principe intervenue avec le gouvernement pour le renouvellement des conventions collectives de ses 11 000 travailleuses en CPE.

Mme Pellerin, qui représente 94 travailleuses, affirme que l’entente adoptée le 6 novembre assure que l’atteinte de plusieurs des objectifs de la négociation, comme le maintien et le renforcement de la mission des CPE et la reconnaissance du travail de leurs éducatrices auprès des tout-petits.

Le contenu de l’entente négociée par la table nationale, qui touche les clauses à incidence pécuniaire comme les salaires, la retraite ou les ratios enfants/éducatrice, sera bientôt présenté aux membres de la Manicouagan en vue d’un vote. Julie Pellerin espère que ce sera fait d’ici le début de décembre.

Régionales et locales

Les clauses régionales, donc celles qui touchent les cinq CPE de la région immédiate de Baie-Comeau, sont pratiquement réglées et le sort de celles à incidence locale, donc par CPE, devrait aussi être scellé incessamment. Les horaires et la semaine normale de travail, la liste de rappel et la procédure d’embauche en font notamment partie.

Deux autres votes seront nécessaires. La présidente a bien l’intention de clore le dossier du renouvellement des conventions collectives avant la fin de l’année 2017. Il restera ensuite à attendre les résultats des votes tenus par les syndicats de la CSN à la grandeur du Québec.

Rappelons que les travailleuses des CPE du Québec affiliés à la CSN ont tenu une première journée de grève le mercredi 1er novembre.

Une deuxième était prévue la semaine suivante, mais l’entente de principe intervenue à la table de négociations nationale a permis de l’éviter.

Partager cet article