Un beau succès pour la Régie de gestion des matières résiduelles – Le nombre de carcasses d’orignaux récupérées bondit de 70 %

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 23 novembre 2017
Temps de lecture :
C’est notamment pour éviter que des résidus de carcasses d’orignaux soient laissés dans la nature que la Régie de gestion des matières résiduelles de Manicouagan offre son service de récupération pendant la saison de chasse. Photo archives Le Manic

C’est notamment pour éviter que des résidus de carcasses d’orignaux soient laissés dans la nature que la Régie de gestion des matières résiduelles de Manicouagan offre son service de récupération pendant la saison de chasse. Photo archives Le Manic

Baie-Comeau – La Régie de gestion des matières résiduelles de Manicouagan (RGMRM) a connu un beau succès avec sa récente campagne de récupération des carcasses d’orignaux. Les restes de 287 bêtes lui ont été acheminés par des chasseurs, comparativement à 169 en 2016.

Directrice générale de la RGMRM, Linda Savoie se dit très heureuse de la réponse des gens de la MRC de Manicouagan à l’égard de ce service offert du 11 septembre au 31 octobre. Elle attribue l’augmentation de 70 % aux efforts de sensibilisation menés avant la période de la chasse au gros gibier.

« C’est sûr que cette année, on avait fait la tournée des centres de dépeçage. On est aussi allés porter des feuilles au ministère de la Faune pour remettre lors de l’enregistrement des bêtes. Ils nous ont rappelés pour avoir d’autres feuilles, car ils en manquaient. Au niveau de la publicité, ç’a été un plus », explique Mme Savoie.

Cette année, le service de récupération de carcasses était encore une fois offert du lundi au vendredi afin de s’arrimer avec les journées d’ouverture du site d’enfouissement de Ragueneau. Les carcasses d’originaux recueillies doivent être enfouies dans un délai de 24 heures sans exception. C’est l’une des conditions au permis délivré par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Par contre, afin de répondre à la demande, l’idéal serait de pouvoir étendre le service aux weekends, admet Mme Savoie, qui dit étudier la possibilité d’élargir l’horaire en 2018.

Rappelons qu’en 2016, la RGMRM avait offert le service de cueillette de carcasses d’originaux dans le cadre d’un projet pilote. En plus de permettre aux chasseurs ayant eu la main heureuse de disposer adéquatement de leurs résidus après l’abattage, l’initiative visait à réduire les dépôts illégaux dans la nature et la contamination des bacs de matières résiduelles.

Partager cet article