Pour une quatrième année consécutive – Le Parc Nature clôt 2017 avec une hausse d’achalandage

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 24 novembre 2017
Temps de lecture :
Avec notamment ses nichoirs à dimension humaine, le Parc Nature de Pointe-aux-Outardes a connu une quatrième hausse annuelle consécutive du nombre de visiteurs. Photo courtoisie

Avec notamment ses nichoirs à dimension humaine, le Parc Nature de Pointe-aux-Outardes a connu une quatrième hausse annuelle consécutive du nombre de visiteurs. Photo courtoisie

Baie-Comeau – Une quatrième année consécutive marquée d’une hausse d’achalandage vient de se terminer au Parc Nature de Pointe-aux-Outardes. Pas moins de 7 725 personnes ont découvert ses sentiers pédestres, mais aussi tous les attraits qui ont pris forme autour avec le temps.

Ce bond de 6 % des visiteurs, le directeur général du Parc Nature, Denis Cardinal, l’attribue au développement de l’offre touristique des dernières années, notamment l’avènement de nichoirs de type prêt-à-camper, le jardin d’oiseaux, l’Espace Science et, entre autres choses, les deux tipis pour accueillir les gens de l’activité Wabush au pays des Innus.

Les touristes québécois ont afflué. Leur proportion est passée de 21 % à 38 % de l’ensemble des visiteurs. Un mouvement à la hausse de 7 % à 10 % de la clientèle hors Québec a également été observé. « Les efforts marketing en collaboration avec Québec Maritime pour le marché hors Québec ainsi que le développement de l’hébergement pour la clientèle touristique québécoise portent leurs fruits », souligne M. Cardinal dans un communiqué.

L’année 2017 s’inscrit aussi dans une nouvelle tendance : les gens de la Manicois sont de plus en plus nombreux à amener leur visite au parc.

Parmi les autres faits marquants de 2017, signalons l’augmentation de 71 % du nombre de nuitées pour tout type d’hébergement, qui est passé de 466 à 796. L’activité Wabush au pays des Innus a aussi connu une hausse de popularité en attirant 743 visiteurs, comparativement à 350 en 2016, principalement en raison de la clientèle de groupes, que ce soit des étudiants, des touristes en autocar ou des croisiéristes.

L’autonomie financière

Malgré l’excellente année qui se termine, le Parc Nature demeure confronté à son grand défi de générer suffisamment de revenus pour être autonome financièrement. Les statistiques éloquentes des dernières années pavent la voie en ce sens, considère M. Cardinal.

Parmi les autres défis qui attendent l’attraction touristique, il y a la désuétude du bâtiment sanitaire et son champ d’épuration qui n’est plus fonctionnel. L’aménagement d’une nouvelle zone d’accueil et de service, éloignée du rivage menacé par l’érosion, est planifié pour 2018.

Enfin, M. Cardinal promet des surprises aux visiteurs lors de la prochaine saison en faisant référence à l’animation, à la sensibilisation et à l’éducation.

 

Partager cet article