Élections invalides à Pessamit et appel des élus – Un candidat défait au poste de chef crie au gaspillage

Par Steeve Paradis 12:00 AM - 17 janvier 2018
Temps de lecture :
Candidat défait au poste de chef, Yan Riverin déplore que les élus de Pessamit portent en appel la décision de la Cour fédérale, ce qu'il qualifie de gaspillage.

Candidat défait au poste de chef, Yan Riverin déplore que les élus de Pessamit portent en appel la décision de la Cour fédérale, ce qu’il qualifie de gaspillage.

Pessamit – Yan Riverin, candidat défait au poste de chef lors du dernier scrutin, juge « très préoccupant » le fait que les élus de Pessamit aient choisi de porter en appel la décision de la Cour fédérale d’invalider les dernières élections dans la communauté innue. Il estime aussi que c’est « un gaspillage » de faire payer cette nouvelle démarche juridique par les membres de la communauté.

Dans une lettre expédiée aux élus du Conseil des Innus de Pessamit, M. Riverin estime qu’il est illogique « de concentrer ses efforts et ses finances pour défendre un mandat invalide » et que les citoyens n’ont pas à payer pour porter cette cause en appel.

« Ils (les élus) ont tout à fait le droit d’aller en appel s’ils le désirent, mais qu’ils paient de leurs poches », a ajouté M. Riverin, en entrevue avec Le Manic. « Le code électoral appartient aux membres de la bande et les élus ont essayé d’en passer une p’tite vite en le modifiant illégalement et il faudrait payer en plus pour leur défense? Ça n’a pas de sens. »

Rappelons que le 21 décembre dernier, la Cour fédérale a invalidé le code électoral adopté en 2015 par Pessamit puisqu’il ne respectait pas le cadre de modification fixé par le précédent code, datant de 1994. La principale modification visait à faire passer la durée du mandat des élus de deux à quatre ans.

Modification illégitime
La juge Martine St-Louis a toutefois permis au conseil actuel de siéger jusqu’à la mi-aout 2018, à moins que le code électoral soit légalement modifié d’ici là et qu’il prévoit une nouvelle date. La modification de 2015 n’était pas légitime car elle n’avait pas reçu l’aval d’au moins la moitié des membres de Pessamit.
La cause avait été instruite par un autre candidat défait aux dernières élections, Jérôme Bacon St-Onge, qui se présentait à l’époque à un poste de conseiller.

Comme on est à huit mois de l’échéance, Yan Riverin dit souhaiter que le ministère des Affaires autochtones et du Nord canadien « garde un œil sur le dossier », notamment en empêchant « tout membre invalidement élu du Conseil des Innus de Pessamit et/ou tout administrateur d’utiliser les fonds appartenant à la bande pour des fins personnelles et juridiques », a-t-il écrit.

Assemblée générale
Pour s’assurer que l’argent de la bande ne soit pas dépensé à ces fins, M. Riverin envisage de réclamer une assemblée générale des membres ou de lancer une pétition.

Au scrutin de 2014, Yan Riverin avait récolté 506 voix pour terminer au deuxième rang derrière le chef René Simon, réélu avec une récolte de 823 voix. Une troisième candidate, Andrée Paul, a fermé la marche.

M. Riverin a assuré au Manic qu’il n’avait pas encore réfléchi à l’idée de présenter de nouveau sa candidature aux prochaines élections et que sa démarche en était une de « simple citoyen ».

Partager cet article