C’est parti pour Cinoche!

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 19 janvier 2018
Temps de lecture :

Le président d’honneur Martin Laroche a procédé à la traditionnelle coupure du ruban, jeudi, lors de l’ouverture officielle de la 30e édition de Cinoche. Il est entouré de Marie-Hélène Beaudry et Véronique Morency, respectivement directrice et responsable des communications du festivail. Photo Le Manic

Baie-Comeau – C’est parti pour Cinoche! Jeudi, c’était soir d’ouverture officielle de la 30e édition du Festival du film international de Baie-Comeau qui, une fois de plus, promet de grandes émotions et de belles découvertes à travers les 37 productions à l’affiche à compter du vendredi 19 janvier jusqu’au dimanche 28.

« Trente ans de cinéma, c’est phénoménal. En 30 ans de cinéma, il s’en est passé des choses à Cinoche. Il s’en est projeté des films », a lancé la directrice du festival, Marie-Hélène Beaudry, lors de la cérémonie d’ouverture tenue au Centre des arts de Baie-Comeau. Selon elle, pas question cependant de tendre vers la nostalgie puisque, au contraire, l’événement est carrément tourné vers l’avenir.

Le jeune réalisateur du film Tadoussac, Martin Laroche, a procédé à la coupure du symbolique ruban officialisant l’ouverture de la fête du cinéma. Il l’a fait après avoir exprimé  son étonnement, mais aussi sa joie d’avoir été interpellé pour remplir le rôle de président d’honneur. Avec un brin d’humour, il a avoué avoir cru un moment que le comité organisateur de Cinoche l’avait confondu avec le comédien qui porte le même nom que lui.

Celui qui en est à son quatrième long-métrage avec Tadoussac, mais seulement son deuxième subventionné, a eu de bons mots pour l’impact des festivals de films comme Cinoche qui, a-t-il dit, permettent aux gens d’élargir leurs horizons. « Merci pour tout ce que vous faites pour le cinéma. Sincèrement, merci beaucoup », a-t-il conclu.

La mairesse suppléante de la ville de Baie-Comeau, Vivianne Richard, a aussi pris la parole pour rappeler que « l’événement repousse chaque année de plus en plus les frontières de notre ville ». Le sourire aux lèvres et le regard amusé, elle s’est adressée directement à Martin Laroche, assis dans la salle, pour souhaiter qu’après avoir réalisé Tadoussac, il puisse un jour tourner le film Baie-Comeau après son passage de quelques jours chez nous. « Qui sait, peut-être qu’un prochain film intitulé Baie-Comeau prendra forme dans votre imaginaire », lui a-t-elle lancé.

Fait à noter, l’ouverture du festival s’est faite en présence d’une représentante de Téléfilm Canada, Sophie Therrien. La cérémonie a suivi un 5 à 7 des partenaires de l’événement, orchestré dans le foyer du Centre des arts, et une prestation de la Chorale Sainte-Amélie, qui a interprété plusieurs pièces tirées du monde du cinéma.

Partager cet article