Depuis la fin janvier, les nouveaux menus entrent graduellement dans les CHSLD

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 21 février 2018
Temps de lecture :
Les résidents du CHSLD N.-A.-Labrie à Baie-Comeau ont été parmi les premiers sur la Côte-Nord à pouvoir déguster les nouveaux menus améliorés. Vendredi midi, une salade aux crevettes faisait partie des deux choix offerts. Photos courtoisie

Les résidents du CHSLD N.-A.-Labrie à Baie-Comeau ont été parmi les premiers sur la Côte-Nord à pouvoir déguster les nouveaux menus améliorés. Vendredi midi, une salade aux crevettes faisait partie des deux choix offerts. Photos courtoisie

Faut-il se souvenir que le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, avait promis, en novembre 2016, que d’ici à la fin du mandat du gouvernement libéral à l’automne 2018, l’offre alimentaire en centre d’hébergement de soins de longue durée serait améliorée afin d’assurer des repas chauds, nutritifs et appétissants. Un projet pilote avait été déployé dans la région de Québec.

Le CHSLD N.-A.-Labrie à Baie-Comeau ainsi que l’hôpital et le CHSLD de Sept-Îles (leur cuisine est commune) ont été les premiers à lancer les nouvelles recettes du menu Barrette en région. Depuis le dimanche 18 février, les établissements de Forestville et de Port-Cartier ont embarqué dans le train.

Ce sera ensuite le tour du centre d’hébergement Boisvert le 25 mars, des centres des Escoumins et de Havre-Saint-Pierre le 15 avril et la boucle sera bouclée avec celui des Bergeronnes le 20 mai

Caractéristiques

Les nouveaux menus « sont standardisés, conformes aux balises nutritionnelles, plus sécuritaires (textures) et ont un meilleur gout pour les personnes âgées », indique Pascal Paradis, le porte-parole du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord.

À partir d’une banque de 72 recettes, un menu est élaboré sur trois semaines. La variété des repas est en fonction de la clientèle et des lieux géographiques. La région a fait le choix d’y aller de menus selon trois cycles dans l’année. L’un est offert de février à mai, un autre de juin à septembre et un troisième d’octobre à janvier.

De cette façon, il sera possible de modifier certains mets en fonction de la période de l’année, explique M. Paradis, en citant en exemple un ragout automnal qui sera offert entre octobre et janvier.

Les résidents ont accès à deux choix de menus chaque repas, sauf ceux qui doivent manger des aliments aux textures molles, hachées ou en purée. Un seul leur est destiné.

L’arrivée de ces nouveaux menus en CHSLD entraine des changements dans les cuisines. La production est plus élevée en raison du nombre plus élevé de textures. Auparavant, certains endroits n’offraient qu’un seul choix à leurs résidents.

Le CISSS ignore encore l’impact financier de l’avènement des nouveaux menus. Une fois le rodage complété dans l’ensemble de la région, l’évaluation des couts pourra être faite. Une chose est sûre, un ajout de personnel est nécessaire.

Partager cet article