Le Drakkar est éliminé

Par Sandro Célant 12:00 AM - 31 mars 2018
Temps de lecture :
????????????????????????????????????

Le Russe Ivan Chekhovich (3b-2p) en a mis plein la vue, mercredi soir, dans la victoire écrasante de 9-3 du Drakkar sur les Cataractes de Shawinigan. Photo Denis Thibault

Baie-Comeau – La saison du Drakkar est officiellement terminée à la suite de sa défaite de 4-0 aux mains des Mooseheads d’Halifax, vendredi soir, devant 2060 spectateurs réunis au centre Henry-Leonard.

Acculés au pied du mur, les membres de l’équipage n’avaient plus de marge de manœuvre et ont été incapables de s’en sortir lors du cinquième match de cette série huitième de finale.

Inspirés par une brillante performance de leur gardien de but Alexis Gravel, auteur de 41 arrêts, les visiteurs de la Nouvelle-Écosse accèdent, du même coup, à la ronde suivante après avoir nettement eu le meilleur dans cette confrontation.

Les Mooseheads ont enfilé le premier but de la rencontre (le défenseur Jocktan Chainey) en première période avant d’y aller d’une poussée de deux autres filets au cours du deuxième engagement.

Lent départ

Amorphes en début de partie, les locaux ont bénéficié de quelques rares occasions en attaque et ont donné un grand coup (17 lancers) au troisième tiers, mais se sont butés à un gardien de but intraitable.

L’attaquant Arnaud Durandeau a cloué le cercueil des matelots du navire avec le quatrième but des siens et son deuxième filet du match lors du dernier engagement.

« Le manque d’opportunisme a encore fait la différence dans cette partie. Les gars ont eu des chances et des chances, mais la rondelle n’a pas voulu rentrer. Il faut aussi donner le crédit à leur gardien (Gravel) qui a fait les gros arrêts », a reconnu le pilote Martin Bernard.

Malgré la défaite, l’entraineur-chef a quand même souligné l’effort de ses joueurs. « Ce n’est jamais facile de revenir en force après une défaite de 8-1. Le début de match a été plus lent. Les gars ont retrouvé confiance par la suite et ont essayé jusqu’à la toute fin. »

Interrogé sur le déroulement global de cette série, Bernard a quand même vu de bonnes choses, même si le scénario final n’est pas celui espéré. « Avec un peu plus de chance, l’allure de la série aurait pu être différente. Malgré tout, les joueurs ont pris une bonne dose d’expérience qui va nous servir, l’an prochain, lors de la troisième année de notre plan de reconstruction. »

En vitesse

L’élimination du Drakkar a, du même coup, signifié la fin de carrière junior de l’attaquant Simon Chevrier et du défenseur Bradley Lalonde, qui vont conserver un souvenir mémorable de la ville et de l’accueil chaleureux des gens de Baie-Comeau.

Partager cet article