PCQ : Éric Barnabé veut du changement en profondeur

Photo de Steeve Paradis
Par Steeve Paradis
PCQ : Éric Barnabé veut du changement en profondeur
Citoyen de Québec, Éric Barnabé entend être le candidat du Parti conservateur du Québec dans René-Lévesque. Il a jusqu’à samedi pour déposer son bulletin de candidature en bonne et due forme. Photo courtoisie

Baie-Comeau – « Si on veut vraiment changer quelque chose au Québec, il va falloir voter différemment à un moment donné. »

C’est ainsi que se lance Éric Barnabé, candidat du Parti conservateur du Québec (PCQ) dans René-Lévesque. Le résident de Québec, âgé de 57 ans, a été désigné porte-couleur du parti le week-end dernier, et le changement en profondeur à plusieurs niveaux de l’État ressort largement de son propos.

Ceux et celles qui auraient bien aimé discuter avec M. Barnabé du programme de son parti devront en faire leur deuil car le candidat n’a pas l’intention de faire campagne sur le terrain, lui qui vit présentement des problèmes de santé à une hanche.

« Je n’ai à peu près aucune chance de l’emporter, j’en suis bien conscient », avoue-t-il candidement. Lundi, il était d’ailleurs à la recherche d’un bénévole local pour l’aider à récolter les 100 signatures nécessaires au dépôt de son bulletin de candidature, qui doit se faire au plus tard samedi 14 h.

Éric Barnabé soutient militer au sein de la mouvance conservatrice, qu’elle soit provinciale ou fédérale, depuis 2007. Il indique avoir été, entre autres, bénévole pour la campagne pour Pierre-Paul Hus, député conservateur fédéral dans Charlesbourg-Haute-Saint-Charles, et directeur de campagne pour le candidat du parti dans Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques en 2015.

C’est d’ailleurs lors de cette dernière campagne qu’il dit avoir découvert la réalité des régions.

Les régions négligées
Selon le candidat conservateur, les régions du Québec sont grandement négligées par rapport aux grands centres. Il estime même que les premières font carrément vivre les seconds.

« On veut que les régions arrêtent de payer pour des services qui se trouvent en ville. Les citoyens des régions paient des impôts et des taxes pour que Montréal ait un métro ou Québec son tramway. Les régions, ça ne doit pas juste servir à couper du bois », a-t-il clamé, ajoutant au passage que « c’est plus facile de se faire soigner en ville qu’en région ».

Éric Barnabé s’interroge aussi à savoir pourquoi Baie-Comeau, qui dispose pourtant d’une aluminerie et d’un port de mer, n’a pas encore réussi à développer un projet de transformation de l’aluminium.

Le porte-drapeau du PCQ dans René-Lévesque se dit aussi en faveur d’une réforme de l’aide sociale, qui permettrait notamment à un prestataire de pouvoir travailler à temps partiel sans se faire amputer son versement d’aide sociale. « Plutôt que de garder les gens qui reçoivent de l’aide sociale dans la pauvreté, il faudrait plutôt les aider à se trouver un emploi pour s’en sortir », a-t-il estimé.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des