Quinze nouvelles journées de débrayage en banque

Par ixmedia 8:00 AM - 08 mars 2019
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Les membres du syndicat des travailleurs de la Caisse populaire Desjardins de Hauterive ont épuisé, jeudi et vendredi, les cinq journées de débrayage qu’ils avaient votées en décembre. Mais qu’à cela ne tienne, ils viennent d’en ajouter 15 à exercer au moment jugé opportun.

Cette nouvelle banque fait suite à l’assemblée générale du 27 février, tenue après deux nouvelles journées de négociation en vue du renouvellement de leur convention collective, échue depuis juillet 2017. C’est dans une proportion de 97 % que les membres ont accepté ces nouveaux moyens de pression.

Rappelons que les travailleurs syndiqués de la caisse, affiliés à la CSN, ont débrayé les 18, 19 et 20 février. Ils ont ensuite récidivé les 28 février et 1er mars.

La présidente du syndicat, Chantale Vaillancourt, continue de dénoncer les reculs aux conditions de travail réclamés par l’employeur. Ces reculs, indique-t-elle, « incluent même la fin du régime d’assurance collective pour les retraités ».

Mais il y a plus. « Les dispositions relatives à l’évaluation de notre rendement constituent un des points importants qui achoppe à la table de négociation », souligne Mme Vaillancourt.

Selon elle, dans le processus, l’employeur est juge et partie, ce qui entraîne des augmentations salariales déterminées de manière arbitraire.

Manifestation à Montréal

Actuellement, selon la CSN, deux syndicats de Desjardins vivent des négociations difficiles, soit la Caisse populaire Desjardins de Hauterive et la Caisse Desjardins de Rouyn-Noranda.

Jeudi, dans le cadre d’une manifestation effectuée devant le Complexe Desjardins à Montréal, la CSN, notamment par l’entremise de son président, Jacques Létourneau, a interpellé la Fédération pour qu’elle intervienne afin de faciliter l’obtention de règlements satisfaisants.

Partager cet article