Bureau d’accueil touristique de Ragueneau – Chute-aux-Outardes ne peut payer sa part

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Bureau d’accueil touristique de Ragueneau – Chute-aux-Outardes ne peut payer sa part
Chute-aux-Outardes ne contribuera pas aux activités du Bureau d’accueil touristique de Ragueneau (photo) cette année. Ce n’est pas par manque de volonté, mais bien de moyens financiers, selon son maire Yoland Émond. (Photo : archives Le Manic)

Baie-Comeau – Le Bureau d’accueil touristique (BAT) de Ragueneau rouvrira ses portes en juin prochain en empruntant à peu de choses près la formule lancée en 2018, mais sans le soutien financier d’un des acteurs.

Faut-il rappeler qu’avec la suspension des activités de la Corporation de développement récréotouristique de la péninsule Manicouagan, la municipalité de Ragueneau a pris en main les destinées du BAT tout en s’associant à Chute-aux-Outardes, Pointe-aux-Outardes et Pointe-Lebel ainsi que la Ville de Baie-Comeau.

Cette année, les partenaires financiers ont confirmé leur retour sauf un, Chute-aux-Outardes. La municipalité de Ragueneau en a reçu la confirmation la semaine dernière.

« On n’embarque pas dans le dossier vu les problématiques budgétaires qu’on a. On a eu 140 000 $ de coupés en péréquation », explique le maire Yoland Émond, qui assure que sa décision n’est pas due à un manque de volonté.

L’an dernier, Chute-aux-Outardes a allongé 5 000 $ pour aider aux efforts de promotion touristique. Sa contribution se situait à près de 17 000 $ lorsque la corporation était en vie et qu’une personne était en poste sur une base permanente.

Achalandage
L’an dernier, 1 511 touristes se sont arrêtés au bureau d’accueil touristique pour poser des questions et prendre des dépliants d’information. Selon la directrice générale de la municipalité de Ragueneau, Marie-France Imbeault, ce chiffre exclut les gens qui ne font qu’une pause pipi ou encore qui se stationnent et demeurent dans leur voiture pour profiter de la connexion Internet.

Si l’achalandage peut paraître relativement faible, Mme Imbeault rappelle que jusqu’à la mi-juillet, un gros chantier sur la route 138 à Ragueneau perturbait la circulation. « Quand des gens avaient attendu une demi-heure, ça ne leur tentait plus d’entrer au kiosque touristique », indique-t-elle.

L’an dernier, les activités du BAT ont commencé autour de la Fête nationale pour s’étendre jusqu’à l’Action de grâce, mais avec un service réduit dans les dernières semaines. Trois personnes y ont travaillé, dont deux étudiants.

Moins cher que prévu
Un budget de 30 000 $ avait été prévu pour l’été 2018. Finalement, ça aura coûté moins. Le maire de Ragueneau, Joseph Imbeault, raconte qu’une fois faite la reddition de comptes, des retours d’argent ont été effectués aux municipalités partenaires.

À titre d’exemple, la Ville de Baie-Comeau a récupéré autour de 3 000 $ des 10 000 $ qu’elle avait accordés. Rappelons que c’était la première fois que la municipalité contribuait financièrement au BAT situé à l’entrée ouest de la MRC de Manicouagan.

La ville-centre a pris cette orientation après avoir décidé de ne plus opérer un bureau d’information touristique au Centre des arts, comme elle l’avait fait en 2016 et 2017. Par contre, elle a maintenu les activités de celui du Carrefour maritime.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des