La Société historique lance Grandir sur la Côte-Nord

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
La Société historique lance <i>Grandir sur la Côte-Nord</i>
L'exposition Grandir sur la Côte-Nord, présentée par la Société historique de la Côte-Nord, s'ouvre jeudi soir à la Maison du patrimoine Napoléon-Alexandre-Comeau. Photo SHCN.

Baie-Comeau – Le jour J approche à la Société historique de la Côte-Nord qui lancera officiellement, jeudi (20 juin) sous le coup de 19 h, son exposition estivale 2019 sur le thème Grandir sur la Côte-Nord.

À travers une série de 22 panneaux, l’exposition bilingue, sous la présidence d’honneur de Louise Bouchard-Morency, abordera autant d’aspects reliés à l’enfance et à la vie nord-côtière de 1880 à 1950, mais surtout de 1900 à 1930.

Par l’entremise de textes et de photos, l’enfance au temps des pionniers est revisitée. Une enfance aux multiples visages tant les réalités diffèrent sur l’immense territoire. « On ne veut pas que les gens s’imaginent qu’ils vont venir voir l’histoire de l’enfance sur la Côte-Nord. La Côte-Nord, ce n’est pas une histoire, c’est des histoires », précise Hélène Grenier, bénévole à la Société historique et maître d’œuvre de l’exposition estivale.

En braquant les projecteurs sur l’enfance à l’époque des défricheurs, Mme Grenier explique ne pas vouloir écrire l’histoire, mais plutôt raconter des anecdotes, des choses touchantes ou même des drames à travers divers thèmes, comme la mère sévère, le père absent, les familles tissées serrées et les épidémies, ou encore l’absence de route et le transport du courrier, entre autres choses.

Puiser dans ses fonds

Par les expositions qu’elle monte, la société historique souhaite toujours mettre ses archives en valeur. Ainsi, Grandir sur la Côte-Nord s’est matérialisée avec des photos provenant principalement des fonds Famille Comeau et Napoléon-Alexandre-Comeau, du fonds Armand-Topping et du fonds Quebec North Shore Paper.

Pour le volet écrit de l’exposition, le fonds Pierre-Frenette a été d’une richesse inouïe, indique la responsable. En effet, elle y a puisé de nombreuses informations grâce à des témoignages d’aînés recueillis par des étudiants du cégep de Baie-Comeau, où feu M. Frenette enseignait, dans le cadre du cours d’histoire régionale dans les années 80 et 90. « C’est à partir de ce fonds-là que les thèmes ont émergé », précise Hélène Grenier.

Pas moins de deux ans de travail auront été nécessaires pour donner vie à Grandir sur la Côte-Nord. En plus des fonds d’archives à éplucher, la bénévole a lu « à peu près toutes les biographies » de personnes ayant vécu sur la Côte-Nord afin d’encore mieux cerner la réalité de l’enfance à l’époque.

Née pour voyager

L’exposition qui sera lancée jeudi a été élaborée dans l’esprit de la faire voyager éventuellement. Le fait qu’elle renferme des photos d’enfants et des citations de personnes natives d’un peu partout dans la région permet de croire qu’elle pourrait soulever de l’intérêt ailleurs sur la Côte-Nord.

De plus, il y a l’aspect éducatif de son contenu qui est loin d’être dénué d’intérêt pour envisager présenter Grandir sur la Côte-Nord non seulement dans la région, mais aussi au Québec.

La Société historique de la Côte-Nord continue d’espérer avoir un jour l’espace suffisant pour offrir une exposition permanente. En été, elle installe ses bijoux d’archives dans la salle occupée par la Cour municipale pendant le reste de l’année.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des