Orgue Casavant : projet bonifié et argent à trouver

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Orgue Casavant : projet bonifié et argent à trouver
L’orgue Casavant, lors de son arrivée à Baie-Comeau au printemps 2017. Photo archives Le Manic

Baie-Comeau – Le projet de l’orgue Casavant à la cathédrale Saint-Jean-Eudes à Baie-Comeau n’est pas mort. Bien au contraire, il est même bonifié, assure Gabriel Lemieux, grand responsable de sa réalisation, en soulignant que les démarches pour le montage financier se poursuivent.

Deux ans après le transport à Baie-Comeau d’une partie des pièces de ce bijou du patrimoine religieux, devenu excédentaire dans le diocèse de Québec à la suite de la démolition d’une église, pour le commun des mortels, le dossier semble avoir été relégué aux oubliettes.

C’est un fait que l’arrivée de certains modules de l’instrument à la cathédrale remonte à juin 2017. C’est également un fait que les pièces expédiées au même moment à la maison Casavant à Saint-Hyacinthe sont toujours en attente d’être restaurées avant d’être rapatriées à Baie-Comeau. Mais le dossier n’est pas mort, martèle le directeur du projet, qui se trouve à être le neveu du curé de la paroisse Saint-Jean-Eudes, Yves Lemieux.

« Le projet a été fortement bonifié et ç’a pris un certain temps. Ce n’est plus juste la question de la relocalisation de l’instrument, mais quelque chose de plus structurant pour le milieu », précise Gabriel Lemieux, en décrivant le projet comme un « outil d’expression artistique nord-côtier, un outil pédagogique et une affirmation dans notre culture ».

À la fine pointe

Dans les faits, cette bonification passera principalement par la restauration de la console de l’orgue afin qu’elle réponde « aux standards des productions culturelles, artistiques et numériques grâce à l’installation de systèmes électroniques des plus performants », explique le directeur de projet.

Il fait notamment référence à « un système de combinaison électronique à multiples niveaux de mémoire pour les configurations de l’instrument propres à chaque prestation et chaque organiste ». Il souligne aussi l’intégration d’un système d’enregistreur/reproducteur permettant des interactions avec des ordinateurs.

M. Lemieux considère que l’orgue, une fois qu’il trônera à la cathédrale, encouragera la formation d’une nouvelle génération de musiciens. Près d’une dizaine de jeunes de Baie-Comeau et de la Côte-Nord aurait d’ailleurs déjà manifesté de l’intérêt en ce sens, selon lui.

Le rayonnement de l’orgue, dont la gestion sera assurée par une fondation, ira jusqu’à « des visites de l’instrument et des ateliers d’interprétation » accessibles aux citoyens et au monde scolaire.

Montage financier

Le montage financier du projet est à compléter, mais pour le moment, le responsable refuse de s’avancer sur son ampleur. Il faut rappeler qu’il était question d’un investissement d’environ 400 000 $ au printemps 2017, et ce, pour le démontage, la restauration, le transport et la réinstallation de l’instrument. D’après le directeur, des partenaires privés sont interpellés et se montrent ouverts. Il affirme que le fait de conserver un grand instrument du patrimoine religieux du Québec intéresse les contributeurs.

Il est aussi d’avis que « les vastes possibilités d’utilisation de l’instrument placent cette initiative comme un projet structurant et innovant à la fois pour la ville de Baie-Comeau et la Côte-Nord » et constitue un exemple à la grandeur du Québec.

Selon le calendrier de réalisation, la réfection de l’instrument aux ateliers de Casavant devrait se faire au cours de l’automne avec la restauration des mécanismes et les améliorations à apporter à la console.

M. Lemieux envisage la réinstallation de l’orgue à la cathédrale à l’hiver 2020 et la fin du projet au printemps suivant avec l’adaptation sonore de l’instrument au nouveau lieu.

Une conférence de presse est prévue au début de l’automne afin de présenter les avancées du projet.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des