Le camp Nid d’aigle se termine à Pessamit

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Le camp Nid d’aigle se termine à Pessamit
Dix-neuf jeunes Innus ont participé au camp Nid d’aigle, organisé la semaine dernière à Pessamit par les Forces armées canadiennes. Photos Jessica Blackburn

Baie-Comeau – Une trentaine d’instructeurs et d’employés de soutien des Forces armées canadiennes basés à Valcartier ont quitté Pessamit, vendredi, après cinq jours passés en compagnie de 19 jeunes autochtones dans le cadre du camp Nid d’aigle.

Ce camp, qui fait partie d’un programme de développement des forces armées, est axé sur des activités d’initiation à la culture et à la formation militaire. Il vise à raffermir les relations entre les forces et les communautés autochtones du Québec. Présenté pour la première fois à Pessamit, Nid d’aigle en est à sa septième édition en autant d’années à travers le Canada.

« Les jeunes vont apprendre des techniques de leadership, de navigation, de cartes et boussoles et de premiers soins, tout ça dans le respect de la culture et des traditions autochtones », cite en exemple le lieutenant-colonel Marie-Ève Bégin, responsable de l’entraînement et commandant du 5e Régiment d’artillerie légère du Canada.

Une activité de survie en forêt a été organisée pour les participants âgés de 13 à 15 ans, qui ont aussi été initiés aux différents nœuds en navigation et aux méthodes pour allumer un feu.

« Ce qui est bien à travers ces activités-là, c’est que c’est un peu un coffre à outils qui fait grandir les jeunes », poursuit le lieutenant-colonel Bégin, en ajoutant qu’à travers tout ça, le leadership des participants se forme.

Selon elle, c’est même du donnant-donnant puisque les militaires sur place apprennent également de ces contacts privilégiés avec la jeunesse autochtone.

Mme Bégin assure que l’objectif du camp est réellement le renforcement des relations avec les communautés autochtones et non le recrutement de futurs soldats, même si les journées passées à côtoyer des membres des Forces armées canadiennes pourraient interpeller certains jeunes, qui sait?

Enfin, celle qui était à Pessamit vendredi midi pour une cérémonie militaire de clôture du camp Nid d’aigle tient à remercier les 19 participants, qui ont démontré « beaucoup de courage pour sortir de leur zone de confort ». Elle a également eu de bons mots pour le Conseil des Innus de Pessamit pour sa collaboration avant et pendant l’événement.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des