L’Apollo à Godbout : l’entente serait imminente

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
L’<i>Apollo</i> à Godbout : l’entente serait imminente
Le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny, sera l'un des signataires d'un éventuel contrat de cession du navire Apollo à la Société Apollo de Godbout.

La Société des traversiers du Québec (STQ) pourrait céder d’une journée à l’autre le navire Apollo à la Société Apollo de Godbout, un nouvel organisme à but non lucratif, et la Ville de Baie-Comeau, tout comme la municipalité de Godbout, feront partie des signataires du contrat à intervenir.

En séance extraordinaire en fin d’après-midi lundi, le conseil municipal a adopté une résolution afin d’autoriser le maire Yves Montigny à signer le document. « Je suis convaincu qu’ils sont très très prêts d’une entente. La Ville de Baie-Comeau ne souhaite pas être l’organisme qui retarde le projet », a mentionné l’élu.

À la municipalité de Godbout, une résolution a également été récemment adoptée par le conseil municipal afin d’autoriser le maire Jean-Yves Bouffard à apposer sa signature sur l’éventuel contrat.

Rappelons que l’acquisition du vieux navire, mis au rancart par la STQ en mars dernier, vise à le couler et le transformer en récit artificiel pour la plongée sous-marine dans la baie de Godbout, où l’eau est reconnue pour sa limpidité exceptionnelle.

Baie-Comeau travaille main dans la main avec Godbout et Tourisme Côte-Nord depuis les premiers balbutiements de ce projet de développement touristique et économique.

Aucun impact monétaire

Le partenariat de la ville-centre n’aura aucune incidence financière, assure le maire Montigny. « La Ville de Baie-Comeau est là en soutien au niveau de son personnel, en soutien d’un projet régional. »

Selon lui, la baie de Godbout est un endroit extraordinaire pour les amateurs de plongée. « C’est le site le plus merveilleux pour être capable d’avoir une épave qui fait un récif artificiel et ça devient un attrait touristique majeur au Canada », poursuit-il, en notant que d’autres récifs artificiels au pays se trouvent dans des secteurs touchés par un trafic maritime important, donc par l’accumulation de sédiments.

Par contre, ce qui manque à la baie de Godbout, c’est davantage de biodiversité. Or, explique l’élu, en y coulant un récif artificiel, l’ensemble de la vie marine pourrait venir se coller sur ses parois et créer une belle biodiveristé.

Fait à noter, le maire de Godbout, Jean-Yves Bouffard, le directeur général de Tourisme Côte-Nord, Mario Leblanc, et François Corriveau, à titre personnel, agissent à titre d’administrateurs de la Société Apollo de Godbout au Registre des entreprises du Québec. L’adresse de cette société est d’ailleurs au 19, avenue Marquette, soit à l’hôtel de ville de Baie-Comeau.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des