Nouveau tarif des baux de villégiature : peu d’impact dans la MRC de Manicouagan

Par Steeve Paradis 7:00 AM - 02 octobre 2019
Temps de lecture :

La nouvelle tarification instaurée par Québec pour les baux de villégiature n’aura pas vraiment d’impact pour la MRC de Manicouagan. Photo iStock

À compter du 1er janvier, Québec limitera à l’indexation annuelle à l’inflation le loyer des baux de villégiature pour les locataires des terres publiques. Pour la MRC de Manicouagan, qui gère les baux de villégiature sur son territoire, la mesure aura peu d’impact car le coût de loyer des baux était déjà moins cher qu’ailleurs.

« On savait qu’il y avait des endroits au Québec où il y avait des pressions sur le gouvernement pour baisser le coût des loyers, basé sur la valeur marchande des terrains. Mais dans la MRC, on a déjà le loyer minimum fixé par le gouvernement, car la valeur marchande des terrains n’est pas très élevée », a précisé le préfet de la MRC de Manicouagan, Marcel Furlong.

En 2020, si le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles n’avait pas ajusté sa tarification, certains villégiateurs auraient encaissé des hausses allant jusqu’à 300 $. La moyenne de hausse selon l’ancienne réglementation aurait été de 50 $. Elle sera de 10 $ en 2020.

« Sur la Côte-Nord, il y a beaucoup de terrains (de villégiature) vacants vendus. Il n’y a donc pas de pression sur le marché existant », d’enchaîner M. Furlong. « Dans des régions comme Québec ou la Mauricie, ça peut se vendre à des prix très élevés parce que les terrains disponibles à proximité d’un lac sont pratiquement tous construits. »

Selon les chiffres du ministère, plus de trois quarts des villégiateurs au Québec paieront un loyer annuel d’un peu plus de 700 $. Dans la MRC de Manicouagan, la moyenne est plutôt de 300 $.

On retrouve 6 330 baux de villégiature sur la Côte-Nord, gérés par les MRC en raison d’une entente de délégation. Dans la MRC de Manicouagan, cette entente de délégation a été conclue en juin 2011.

Partager cet article