Une année du tonnerre pour Tz Baie-Comeau

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Une année du tonnerre pour Tz Baie-Comeau
Au cours de la dernière année, deux véhicules à l’effigie de Tz Baie-Comeau ont été acquis, l’un neuf et l’autre usagé.

Tz Baie-Comeau termine une année 2019 du tonnerre qui lui permettra de franchir la barre symbolique des 10 000 raccompagnements, une première en sept ans d’existence.

« C’est une grosse année pour nous. C’est clair qu’au rythme où on va, on dépasse les 10 000 raccompagnements. C’est extraordinaire pour notre région », s’exclame Yves Michaud, président-directeur général de l’organisme unique en son genre sur la Côte-Nord.

Les vendredi 6 et samedi 7 décembre, Tz Baie-Comeau a d’ailleurs atteint un record avec un total de 271 appels de personnes ayant consommé et préférant ne pas prendre le volant. Les équipes en place, respectivement de 9 et 11, sont parvenues à réaliser 234 raccompagnements. Les 37 autres appelants ces soirées-là ont finalement trouvé un autre moyen de se faire raccompagner.

Le bilan de 2018 faisait état déjà de 9 113 raccompagnements. Depuis le lancement du service en 2012, les résultats n’ont fait qu’augmenter d’année en année. « Lors de la fondation, on avait une centaine de membres et 3 000 raccompagnements. Sept ans plus tard, c’est 800 membres individuels et plus de 10 000 raccompagnements », fait remarquer M. Michaud.

En plus de ses membres, l’organisme compte 65 partenaires, dont plusieurs établissements licenciés, mais aussi des entreprises, des organismes, des commanditaires et des événements.

Des bénévoles indispensables

Faut-il rappeler que Tz Baie-Comeau fait appel à des bénévoles pour reconduire à la maison des gens qui ont consommé de l’alcool ou des drogues ou même qui se sentent trop fatigués pour prendre le volant.

En équipe de deux bénévoles, une personne conduit la voiture du client tandis que l’autre suit avec le véhicule de l’organisation ou son propre véhicule.

« Sans l’implication citoyenne, on ne serait pas rendu là », martèle Yves Michaud en levant bien haut son chapeau à toutes ces personnes qui donnent de leur temps pour la cause.

De 2012 à 2019, le nombre de bénévoles a quintuplé en passant d’une vingtaine à 106. Une équipe assure le service de 18 h à 21 h, avant d’être rejointe par toutes les équipes en action jusqu’autour de 4 h 30.

La présence de 9 et 11 équipes en service vendredi et samedi, c’est beaucoup. « C’est incroyable dans une période de pénurie de main-d’œuvre et où le recrutement est difficile », se réjouit Yves Michaud.

En développement

Depuis un an, l’organisme de raccompagnement a un pied-à-terre dans les locaux de la Maison des familles à Baie-Comeau. Il a également fait l’acquisition de deux véhicules, l’un neuf et l’autre usagé. Les Tz mobiles, comme on les appelle, évitent aux bénévoles d’utiliser leur propre voiture pour reconduire les clients.

Le PDG voit grand pour les prochaines années. Il mijote un projet d’expansion sur la Côte-Nord, mais aussi ailleurs dans l’Est-du-Québec. Aucun autre service du genre n’existe en territoire nord-côtier.

M. Michaud ne peut quantifier le nombre de pertes de vie évitées grâce à son service de raccompagnement, mais rappelle que selon les dernières données provenant d’Éduc’Alcool. « Sur la Côte-Nord, on a une consommation plus grande (au-delà des limites recommandées) que le reste du Québec, mais on revient à la maison de façon plus responsable », conclut-il.

Partager cet article

1
Laissez un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Ghislain Cyr Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Ghislain Cyr
Invité
Ghislain Cyr

Une Question de culture…
Tout comme on a compris il y a de cela pas si longtemps que fumer c’était pas bon pour la santé et qu’il fallait porter un casque de sécurité pour les sports (ski alpin, vélo etc..)autant que sur les lieux de travail.. avec un recul on vient par comprendre et se dire: ça pas bon sens avoir fait ça et d’avoir courru temps de risques.