Lancement d’une chaire de recherche sur les écosystèmes marins et les activités portuaires, industrielles et maritimes

Par Éric Martin 1:16 PM - 07 février 2020
Temps de lecture :

Le préfet de la MRC de Manicouagan, Marcel Furlong, le maire de Port-Cartier, Alain Thibault, la directrice de l’INREST, Julie Carrière, le président-directeur général du Port de Sept-Îles, Pierre D-Gagnon, le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny, le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier et son prédécesseur, Serge Lévesque.

Le président-directeur général du Port de Sept-Îles, Pierre D-Gagnon, était visiblement heureux de procéder à la marina de Sept-Îles, le 7 février, au lancement d’une chaire de recherche sur les écosystèmes marins et les activités portuaires, industrielles ou maritimes.

Ce projet résulte d’un solide partenariat établi avec l’Institut nordique de recherche en environnement et en santé au travail (INREST) et l’Université Laval.

Cette chaire aura pour mission d’améliorer les connaissances sur le fonctionnement des écosystèmes côtiers en zones industrielles et portuaires. Le but est d’en arriver à identifier des pratiques qui assureront une gestion durable de ces environnements.

Professeur à la Faculté des sciences et de génie de l’Université Laval, Philippe Archambault est l’un des initiateurs de ce projet, entamé en 2013, et il en reconnaît assurément toute son importance. « Pourtant, il existe encore peu de données sur ces environnements, d’où la nécessité de mettre en place une structure de recherche qui nous permettra de mieux comprendre les interactions complexes qui s’y découlent », explique-t-il.

Les chercheurs se sont donné pour mandat de mesurer l’empreinte des activités humaines associées aux zones industrielles et portuaires, de décrire et quantifier les effets de ces activités sur différents secteurs du littoral, de développer des méthodes et des outils permettant de distinguer les principaux changements environnementaux naturels de ceux associés aux activités humaines et de conseiller et accompagner les organisations dans la planification et la mise en place de solutions durables d’adaptation aux problématiques qui auront été identifiées.

Cette chaire est rendue possible grâce à une contribution de 1 M$ sur cinq ans de l’INREST (500 000 $) et du Port de Sept-Îles (500 000 $). Un modèle dont s’inspireront d’autres municipalités de la Côte-Nord et que les parties entendent reproduire.

Partager cet article